CES Unveiled: SevenHugs vous aide à améliorer votre sommeil.

Sevenhugs-minione-minihug

Selon l’enquête menée en 2014 par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, un français dort en moyenne 6 heures 55 minutes par nuit en semaine, un temps bien en-deçà du temps recommandé pour être en bonne santé. Le constat est pire encore chez les enfants, qui devraient dormir entre 10 et 12h par nuit pour grandir correctement. C’est pourquoi de nombreux appareils voient le jour ces derniers temps afin d’aider à améliorer notre sommeil. Après le système Aura de Withings, c’est au tour de la société française SevenHugs, présente elle aussi au CES Unveiled de Paris.

« Nous passons plus d’un tiers de notre vie à dormir. Avec cette solution, nous avons souhaité mettre notre intelligence et notre expertise en matière d’objets connectés à la portée de toutes les familles qui souhaitent améliorer leur sommeil », déclare Simon Tchedikian, cofondateur et PDG de Sevenhugs

La solution proposée ici, hugOne, est constituée d’une station, ou « box », de minihugs, et bien sûr d’une solution logicielle pour smartphone et tablette.

orange_homelive_2

Les minihugs, de petits périphériques communiquant sans fil et mesurant 3cm sur 3cm, sont alimentés par une pile bouton leur procurant environ un an d’autonomie. Différentes couleurs de contours permettront de les identifier plus facilement.

orange_homelive_3

Très petits, donc, ils sont destinés à venir se loger dans un coin du lit, entre le matelas et la housse de matelas. On peut ainsi en disposer un dans chaque lit de la maison. La nuit, ces capteurs vont enregistrer de nombreuses informations relatives à votre sommeil: mouvements, humidité, température de la chambre, mais également la présence de polluants grâce à un capteur de « composé organique ».

orange_homelive_1

Point important, les ondes étant également néfastes pour la qualité du sommeil, ces capteurs n’en émettent aucune durant le sommeil. Ils enregistrent les informations pendant la nuit, et les transmettent au réveil via une liaison sans fil basse fréquence, à moins de 1Ghz.

La base, elle, receuillera toutes ces informations, mais mesurera également différentes données dans la pièce où elle se trouve. Ces données seront consultables via l’application iOS ou Android. Le but: modifier certaines habitudes, comme améliorer la régularité des heures de coucher, de lever, ou encore de mieux aérer son espace intérieur. Notons le côté très design de la box, dont la base pourra s’éclairer de couleurs différentes, qui pourront par exemple indiquer l’état de l’air ambiant, un peu à la facon de la station météo Netatmo, mais également aider à rythmer la journée des enfants, dont les couleurs seront de bons repaires: heure de se mettre en pyjama, heure de la lecture, heure de se coucher, etc…

07705545-photo-sevenhugs-hugone-et-minihugs

Enfin, une API sera également disponible pour permettre différentes interactions.

Tout n’est pas encore définitif, mais à priori le kit composé d’une base hugOne et de 2 capteurs minihugs sera vendu aux alentours de 149 €, et les capteurs à environ 40 € l’unité. Prévu pour début janvier, nous en apprendrons plus lors du CES à Las Vegas, où cette jeune société francaise sera bien sûr présente.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisBuffer this pageEmail this to someone

Un commentaire sur “CES Unveiled: SevenHugs vous aide à améliorer votre sommeil.

  1. SRG dit :

    Ca ressemble bigrement au kickstarter « Hello » (prévu pour fin d’année il me semble) sur le principe :
    https://www.kickstarter.com/projects/hello/sense-know-more-sleep-better

    Ce dernier a pour lui un design un peu plus sympa, et p-e certaines fonctions que n’auraient pas le hugOne (par ex. un enregistrement audio ponctuel (quand qq’chose se passe, genre camion poubelles ou ronflements), pour connaître après coup l’environnement sonore).

    Pour ma part j’ai un vieux réveil aXbo (réveil autonome avec bracelet pour analyser les mouvements pendant la nuit et biper au moment optimal) sur le même principe, donc, mais malheureusement difficilement connectable à un smartphone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *