Si vous ne savez pas ou partir en vacances cet été ou tout simplement passer un weekend tranquille, et que vous souhaitez profiter du confort de la domotique, voici un endroit qui va sans doute vous plaire. François, le propriétaire des lieux, nous raconte comment lui est venu l’idée de ce gîte domotique, ainsi que le choix des équipements, le déroulement des travaux, et enfin la configuration domotique.

1.   Pourquoi un gîte domotique ?

Et bien en réalité cette histoire ne démarre pas du tout avec l’idée d’ouvrir un gîte domotique, mais avec un coup de cœur : le coup de foudre pour une petite ville de la côte Normande près de l’estuaire de la Seine : Honfleur. Port de pêche pittoresque plein de charme, avec ses maisons à colombages, son vieux bassin, ses parcs, sa plage, ses restaurants, ses galeries d’art, ses musées, ses festivals, et ses touristes très cosmopolites.

Après plusieurs séjours à Honfleur, en toutes saisons (eh oui, contrairement aux villes voisines du littoral Normand, Honfleur vit toute l’année.), à force de regarder les annonces dans les agences immobilières, crac, boum… ça y est, la maison est achetée !

Une maison avec jardin en plein centre ville, mais « dans son jus ». Aucun travaux depuis plus de quinze ans, et une installation électrique bien éloignée de la domotique : les plafonniers sont reliés par un câble souple aux rares prises électriques présentes…. Pas d’interrupteurs, bien sûr !

Beaucoup de travaux en prévision, et puis aussi un prêt à rembourser… la location aux touristes de passage s’impose rapidement afin de financer ce coup de tête.

Fan depuis toujours de domotique (adolescent, alors que le mot n’existait pas encore, je terrifiai mes parents avec les installations électriques dans ma chambre, que cela soit le système d’alarme qui les empêchait de rentrer, ou la porte automatique qui parfois ne se refermait pas au moment prévu…), je ne pu m’empêcher de mettre un petit peu de domotique dans cette maison, juste pour le confort. Un peu seulement, plus ne serait pas raisonnable.

Etant habitué au confort d’une domotique complète depuis toujours, je n’ai pas pu résister bien longtemps, et la touche de domotique que je voulais ajouter à cette maison s’est rapidement transformée en système complet. Mieux, cela pourrait être un argument pour attirer les touristes, n’est-ce pas ? Beau prétexte pour se faire plaisir…

2. L’architecture domotique

2.1. Première étape : choisir la techno courant fort.

La liste s’est rapidement réduite à KNX et Z-Wave, les autres protocoles étant soit dépassés (X10 et similaires), soit proposant une offre encore trop réduite (EnOcean).

Le choix fut cornélien, entre une technologie coûteuse et complexe, mais professionnelle et ultra-fiable, et une technologie plus grand-public, mais basée sur des transmissions radio toujours moins fiables que des connexions filaires.

C’est finalement Z-Wave qui fut choisi, car il est toujours possible en retirant tous les modules de revenir à une installation électrique « normale ». Je craignais qu’une installation KNX ne soit un handicap lors de la revente un jour. Et oui, il faut trouver l’électricien qui saura la maintenir…

2.2. Deuxième étape : choisir la box.

N’étant dans cette maison que pendant mes vacances, je disposais de relativement peu de temps pour installer et configurer la domotique. De plus, la maison étant amenée à être louée, il me fallait un système intuitif d’utilisation, et ultra-fiable. Je ne recherchais donc pas nécessairement une box ultra sophistiquée, mais plutôt une box « sans soucis ».

Avec les bons conseils de Laurent de Domadoo, mon choix s’est finalement porté sur eedomus.

2.3. Troisième étape : choisir les modules domotiques.

Ici encore, l’aide de Laurent fut précieuse, et nous établîmes une liste « à la Prévert » couvrant tous les domaines de la domotique :

  • Modules Fibaro pour les commandes d’éclairage (dimmers, relais, LED RGB)
  • Quelques modules BeNext (prises variateurs) et Swiid (interrupteur sur câble souple pour lampe à poser)
  • Un mix de modules divers pour la sécurité : détecteurs de fumée Nest Protect (Wi-Fi), détecteur de présence Fibaro « l’œil » (Z-Wave), détecteurs d’ouverture de porte Trio2Sys (EnOcean), lecteur de Tags RFID Zipato (Z-Wave), télécommandes porte-clefs (Z-Wave), sirène d’alarme Fortrezz (Z-Wave)
  • Audio à base de produits Sonos
  • Gamme Keene pour la commande Infra-Rouge du matériel A/V équipant la salle de cinéma. Ces produits ont le double avantage de pouvoir être contrôlés par la eedomus, et par des applications Android / iOS spécialisées pour ce type d’application.
  • Portier vidéo Skybell
  • Electrovanne Hunter pour l’arrosage, et détecteur d’humidité Koubachi pour mesurer l’humidité de la terre.
  • Caméra Edimax
  • Actionneur et thermostat Secure pour le contrôle de la chaudière à gaz
  • Robinet thermostatique Danfoss pour le contrôle de chaque radiateur individuellement
  • Module Aeon Labs pour mesurer la consommation électrique, et module Secure pour mesurer la consommation en eau.
  • Moteur Voltec pour automatiser les volets battants du Rez-de-Chaussée et module Fibaro pour la commande.
  • Tablettes Samsung munies des applications Eedomus, Sonos, et TouchSquid (commande IP et IR du Home Cinema)

Voilà, c’est tout !

3. Les travaux

Je ne parlerai pas ici des travaux, car ce n’est pas le propos. Les photos vous montreront l’étendu du projet, qui fut exécuté de main de maître par mon entrepreneur en 3 mois seulement. Qu’il en soit ici infiniment remercié.

La cuisine avant travaux

La cuisine avant travaux

La cuisine après travaux

La cuisine après travaux

Le salon avant travaux

Le salon avant travaux

Le salon après travaux

Le salon après travaux

Quelques mots quand même sur le poste électricité, et la relation avec l’électricien.

Comme vous le savez peut-être, la plupart des électriciens ne connaissent rien à la domotique, voir la détestent cordialement et feront tout pour vous convaincre de ne pas en mettre. Ah, et puis il y a aussi ceux qui pensent que la domotique, c’est de motoriser les volets…

Comme j’ai fait appel à une entreprise tous corps d’état, je n’ai pas choisi l’électricien ; j’ai dû faire avec celui amené par l’entreprise. Il ne connaissait rien à la domotique, mais il était de bonne volonté, curieux, et finalement très intéressé de faire un chantier qui sortait de l’ordinaire.

Je lui ai expliqué comment câbler les différents modules, schémas à l’appui. Quelques erreurs de câblage plus tard, et beaucoup de patience de part et d’autres, nous avons abouti à une installation électrique pleinement fonctionnelle et domotisée, pour la plus grande fierté de l’électricien.

Gite_domotique_Plan-pour-l'électricien-exemple-2

4. L’installation domotique

Les modules Z-Wave étaient installés au niveau de chaque interrupteur / poussoir mural; c’était déjà une grosse étape de franchie, et j’étais bien content que cela soit l’électricien qui l’ait fait, car ce n’est pas si commode que ça que de caser ces modules derrière les interrupteurs, même avec des boîtes d’encastrement de 5 cm de profondeur.

Il n’y avait « plus qu’à » configurer l’ensemble, et ajouter les autres gadgets.

J’ai alors découvert qu’il fallait « associer » chaque module Z-Wave avec la box, et que pour cela il fallait que la box soit à proximité du module. Bien sûr, la box n’a pas d’interface Wi-Fi… J’ai donc pris un très long câble réseau et me suis déplacé dans toute la maison pour associer ces foutus modules, en suivant des consignes pas toujours claires, et en pestant contre certains modules qui rechignaient à passer en mode inclusion… Leçon apprise : pré-programmer tous les modules « en labo » avant !

Puis la magie s’opère : tous les éclairages sont commandables par la box. On peut créer des automatismes, des scénarios lumineux, etc… Et tout cela sans un seul fil visible, sans interrupteurs moches ou écrans tactiles partout. Il suffit juste d’un smartphone ou d’une tablette.

Gite_domotique_Eedomus1

Restent à rajouter toutes les autres fonctions. C’est là que ma belle architecture domotique théorique en prend un coup :

  • Sécurité : aucun problème. Sauf un détecteur de présence EnOcean qui ne disposait pas d’assez de lumière pour fonctionner. Et oui, la force de ce standard est de se passer de batteries; mais du coup, il a besoin de lumière. Et dans une maison qui n’est pas occupée en permanence, cela se complique…
  • Sonos : plug and play.
  • Command IR salle de cinéma : je réalise que la Eedomus, même si elle peut émettre des ordres IR via le matériel Keene, n’est actuellement pas adaptée à une utilisation en mode « télécommande TV ». L’interface graphique n’est pas faite pour, et il y a parfois des temps de latences incompatible avec ce type d’usage. Je bascule sur TouchSquid, application Android développée pour cet usage.

Gite-domotqiue-Interface-TouchSquid-TV

  • L’application Android du portier vidéo Skybell n’est compatible qu’avec des smartphone, pas avec les tablettes qui équipent la maison… Exit Skybell. Je surveille attentivement les nouveautés dans ce domaine sur le blog Domadoo afin de trouver un remplaçant au Skybell.
  • Arrosage automatique : pas encore installé ; le temps ne s’y prêtait pas.
  • Caméra Edimax : aucun problème. Mais elle sera retirée lorsque la maison sera louée pour des raisons évidentes de confidentialité.
  • Contrôle de la chaudière : zéro soucis.
  • Robinets thermostatiques : fonctionnent nickel, mais finalement non installés. D’une part pour une question de coût (il y a beaucoup de radiateurs…), et d’autre part car je ne souhaite pas compliquer la vie des hôtes non technophiles. La manœuvre de ces robinets électroniques est quand même moins immédiate qu’un simple robinet mécanique.
  • Mesures conso électricité et eau : non encore installés.
  • Volets battants automatisés : cela marche bien, et fait son petit effet.

Quelques surprises donc, mais globalement pas trop de problèmes.

Gite_domotique_Eedomus2

Quelques limitations aussi, mais pas trop graves. Par exemple, il existe un bug sur les dimmers Fibaro, les rendant incompatibles pour certaines fonctions avec toutes box autre que la Fibaro. Maintenant que tous les modules sont installés, c’est trop tard pour changer. Et puis ces modules ont d’autres fonctions très intéressantes; je les aurai peut-être conservés même connaissant ce bug.

Seul bémol : tous les éléments domotiques ne sont pas totalement intégrés entre eux. La Eedomus peut les commander tous – ce qui est déjà pas mal – mais les contrôles audio et vidéo restent assez limités. Cela oblige donc à utiliser 3 applications Android (eedomus, Sonos, TouchSquid), et à naviguer entre ces applications, ce qui n’est pas très pratique, surtout pour le profane. Je guette donc avec attention les nouveautés du blog Domadoo dans l’espoir de trouver enfin cette box magique qui intégrera tous les pans de la domotique.

En conclusion, il vaut mieux faire quelques tests sur table avant de tout mettre en place : cela évite quelques frayeurs et problèmes. Dans mon cas, j’en étais bien conscient, mais le temps me faisait défaut.

5. Et alors, c’est comment de vivre dans une maison domotique ?

Eh bien, bien sûr, je vous invite à en faire l’expérience vous même en réservant un week-end ou plus dans mon gite : http://www.abritel.fr/location-vacances/p1325878

Le gîte a ouvert début Avril; je n’ai donc pas encore eu de « vrais clients ». J’ai néanmoins invités des amis et de la famille ; et j’ai laissé les clefs à mon entrepreneur le temps d’un week-end afin qu’il puisse profiter en famille de la maison terminée.

La fonction qui a le plus de succès est la diffusion audio à tous les étages. C’est un peu frustrant car c’est ce qui est le plus simple à installer, le plus courant, et m’a demandé le moins d’effort ! Mais il faut reconnaître que cela fonctionne bien, que c’est vraiment très agréable de pouvoir diffuser la musique dans plusieurs pièces, que cela soit depuis Internet ou depuis son smartphone. Cela permet de faire swinguer la maison !

Ensuite vient la salle de cinéma dédiée, évidemment. Rien que pour elle, cela vaut le coup de passer quelques jours dans la maison. Ecran géant, son 5.1, éclairage LEDs, commande par tablette, et surtout, le fait que cela soit une salle dédiée : j’y passe la majeure partie de mon temps !

Gite_domotique_salle_cinema01

Gite_domotique_salle_cinema02

Et la domotique dans tout ça ?

Bôf… Pour l’instant, peu de retours, bien qu’elle soit pourtant utilisée. Mais n’est-ce pas cela la « bonne domotique » ? Celle qui sait se faire oublier, tant esthétiquement qu’au niveau de son fonctionnement ?

6.   Conclusion

La lumière est sous contrôle, que cela soit via les ambiances lumineuses, l’extinction de toutes les lumières d’un seul bouton, ou la simulation de présence ; la sécurité veille ; le chauffage ajuste la température automatiquement ; les volets s’ouvrent d’un seul doigt ; la musique est disponible à tous les étages ; la salle de cinéma se pilote via une tablette, et bientôt le portier vidéo, l’arrosage automatique, et le suivi des consommations d’eau et d’électricité viendront compléter le dispositif.

Finalement, n’est-ce pas tout simplement cela le confort moderne ?

Si vous venez passer quelques jours à la maison, attention : une fois qu’on a goûté à la domotique, il devient difficile de s’en passer !

Merci à François d’avoir partagé avec nous son projet et son expérience.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Passionné par les nouvelles technologies, et après plusieurs années à travailler dans l’industrie, j’ai eut la chance d’intégrer l’équipe Domadoo en 2008 en tant que Responsable Technique. Depuis 2009 je suis également Rédacteur en chef du Blog Domadoo. Toujours à l’affût de nouveaux produits qui pourront améliorer notre quotidien, j’aime partager mes trouvailles avec vous.

6 commentaires

  1. Entièrement d’accord : c’est tout simplement le simple confort moderne.
    Comme toute entreprise : il est difficile de faire quelque chose de simple. Et c’est pas facile à faire comprendre à ceux qui ne sont jamais lancé dans la réalisation d’un gros projet. ça peut faire effet bof, mais à l’usage, ce sotn des fonctions importantes que tu as domotisées.
    La domotique sort encore un peu de l’ordinaire. il faut encore prendre conseils et l’électricien n’est presque jamais au fait de ce genre de technos. Mais je vois que vous avez formé une paire de lurons patients. Ouf.
    En tout cas bon boulot, c’est magnifique aussi à l’oeil.
    Bonne continuation et nul doute que ta location va attirer les touristes 😉

    • Merci Pierre pour tes commentaires. Effectivement, beaucoup de boulot pour que le résultat soit le moins technique possible pour l’utilisateur profane. Et cela semble gagné quand je vois le commentaire qu’a laissé la fille des premiers locataires : « I love this house because it’s filled with lots of cool gadgets, including the TV that is not really a TV. »

  2. Bonjour,
    Bienvenue en Basse-Normandie et bravo pour votre réalisation.
    Pour l’écran du vidéo-projecteur, j’aurais choisi un écran avec un cadre noir, c’est sans doute moins joli « de jour » mais cela délimite bien l’image et limite un peu les reflets qui dans une pièce blanche sont inévitables.
    Pour commander l’ensemble regardez l’application iRule qui est spécialisée pour la commande de home-cinéma. Cette application envoie des ordres en ip (http, tcp…) il est donc facile d’envoyer des commandes à la box domotique comme au matériel audio-vidéo. Cela permet un enchaînement classique qui sur un appui sur un bouton « films » par exemple, tamise la lumière, ferme les volets, allume tous les appareils home-cinéma et les règle correctement. Et à l’inverse qui éteint tout en fin de séance et n’ouvre le volet que s’il fait jour 🙂

    • Bonjour Samuel,
      Merci pour ces conseils. J’ai regardé l’application iRule, et cela a effectivement l’air très intéressant. Même si ce n’est pas nativement compatible avec le Keene, et m’oblige donc à acheter une nouvelle passerelle IP –> IR.
      Concernant l’écran du vidéo-projecteur, le projet initial prévoyait une pièce intégralement peinte en noir, justement pour éviter les réflexions. Mais la pièce est tellement agréable à vivre qu’elle ne sert pas que de salle de cinéma, mais également de salle de jeu, de salon de lecture, etc… Il aurait été dommage de tout peindre en noir. D’où ce compromis de gris. Je tenais à ce que l’esthétique soit préservé, et que la maison ne ressemble pas à un repère de geek !

    • Le kira se commande en http donc il est possible de le piloter avec irule, après ce n’est peut-être pas simple. Il y a aussi des concurrents, hc-skipper …
      Mon vidéoprojecteur est dans mon salon peint en blanc et gris d’où le choix de l’écran avec entourage noir.

  3. Bonjour, superbe rénovation! Je suis originaire de Rouen mais je vie sur Poitiers. Je penserais à vous lorsque je viendrais dans le coin pour voir la famille. 🙂 Avec ma femme nous sommes en train d’acquérir une maison à rénover proche du Futuroscope pour en faire un gîte et étant également passionné de domotique, nous pensions l’équiper comme il faut (en plus d’une décoration moderne et chaleureuse). Avez-vous une meilleure visibilité aujourd’hui sur la plus-valus qu’apporte la domotique pour ce genre de location? Avez-vous des gens qui choisissent votre gîte plutôt qu’un autre à cause de la domotique?

Laisser une réponse