La semaine dernière se sont tenues les universités d’été EnOcean. Divers exposants étaient présents pour faire découvrir leurs solutions, et comme l’année dernière Jeedom était présente, avec l’annonce d’une nouveauté importante pour les professionnels : la gestion de parc.

universites_enocean_2016_12Une interface qui permettra à l’installateur de monitorer à distance l’ensemble des box qu’il a installées, sans pour autant s’immiscer dans la vie privée des gens. Cette interface permettra de surveiller les éventuels problèmes du système, mises à jour à effectuer, piles à changer, etc… Sortie prévue début octobre pour les professionnels.

Mais cet événement a surtout été l’occasion d’assister à des conférences très intéressantes. Ainsi, Emmanuel François, président de SBA (Smart Buildings Alliance for Smart Cities) qui lutte pour mettre en avant le EnOcean, nous a proposé un point sur notre société aujourd’hui, et sa vision pour l’avenir.

Notre société fait face à de nombreux problèmes aujourd’hui. Comme on le sait on doit travailler nos économies d’énergies. Chose difficile, quand 78% de la consommation mondiale est due aux villes. Et on estime que cette consommation augmentera encore de 25% dans les 10 années à venir, ce qui explique sans mal le réchauffement climatique, dont on estime l’augmentation de température de 1,5 à 3°C d’ici la fin du siècle.

Cela engendre également des problèmes de santé, puisque 48 000 personnes décèdent chaque année à cause de la qualité de l’air. 30% de la population est atteinte d’allergies (50% d’ici 2050), et 10% de la population est reconnue electro hypersensible.

Ce ne sont là que quelques exemples. Emmanuel Francois propose ainsi de repenser notre société : en s’appuyant sur le numérique et les nouvelles technologies, sur fond d’économie collaborative.

  • Passer du consommer plus au consommer mieux
  • Privilégier l’usage à la propriété
  • Développer l’économie de partage (travail, mobilité, espaces, énergie, culture…)
  • Responsabiliser l’usager (consom’acteur et non plus assisté)
  • Passer d’une organisation pyramidale (centralisée) à une organisation en réseau (décentralisée)
  • Revoir les modèles économiques
  • Passer de l’égo à l’intérêt collectif
  • Promouvoir l’économie circulaire pour une croissance durable

Plusieurs idées pourraient contribuer à ces évolutions, certaines étant déjà en court de nos jours :

  • Travail : coworking / Work Sharing, Télétravail
  • Espaces : Pluriels, multi usages, espaces de vie
  • Mobilité : voiture autonome / électrique
  • Culture : MOOC
  • Energie : ENR, Réseaux mixtes AC/DC, stockage et production locale
  • Autres : e-commerce, e-santé, etc…

Ces quelques exemples pourraient déjà avoir des impacts significatifs :

  • Réduction des flux de transport (10 à 20% atteignable)
  • Gain de productivité partageable usager / employeur
  • Santé : moins de stress, moins de pollution
  • Environnement : réduction des émissions de gaz à effet de serre (10 à 20%)
  • Gain en bien être
  • Meilleure cohésion sociale
  • Economique : efficience directe et indirecte
  • Emploi : nouveaux métiers (conciergerie, etc…)

Même si de nombreuses choses ont déjà commencé aujourd’hui (voitures autonomes, voitures électrique, partage via ses services comme Blabla Car, Uber, Airbnb, etc…) il faudra sans aucun doute encore de nombreuses années avant d’atteindre cet Eldorado.

Mais de nombreux projets et réalisations en domotique aident déjà à avancer. Divers exemples nous ont d’ailleurs été présentés.

L’exemple le plus impressionnant est sans aucun doute Solaris, un immeuble à énergie positive. Panneaux photovoltaiques recouvrant tous les toits, installations géothermiques creusées jusqu’à 100m sous l’immeuble, automates Wago… tout a été mis en œuvre pour utiliser de l’énergie naturelle, et surtout pour l’utiliser de facon intelligente, en apportant un confort sans concession aux résidents.

universites_enocean_2016_10

universites_enocean_2016_11Second projet intéressant, réalisé sur les écoles de la ville de Paris, et effectué par un partenariat entre Vertuoz et Ubiant. Un projet qui touchera à terme 140 écoles, et comportant 15 000 objets connectés. En ayant réalisé une base d’objets connectés avec leur identifiants associés à chaque école, un gros travail réalisé en amont, le temps d’installation a été réduit à 1h.

universites_enocean_2016_6Certes, l’installation a été simplifiée au maximum et comporte assez peu de périphériques par classe : le but étant surtout ici les économies de chauffage, des vannes thermostatiques ont été installées sur les radiateurs, un détecteur de mouvement dans la classe, et un interrupteur laissant un contrôle manuel si besoin aux instituteurs.

universites_enocean_2016_8

universites_enocean_2016_9Tous ces périphériques utilisant bien sûr le protocole EnOcean, c’est à dire sans fil et sans pile. Donc sans aucune maintenance nécessaire. Cela permet de réguler automatiquement le chauffage, on le passant en mode éco quand il n’y a plus personne dans les classes.

Une trentaine d’écoles ont déjà été équipées, le reste devant se faire au fur et à mesure pendant les vacances scolaires.

universites_enocean_2016_1Enfin, dernier projet intéressant, réalisé cette fois par Bouygues Construction, proposant de la domotique là où peut de gens l’auraient imaginé en premier : les logements sociaux.

Il s’agit d’un projet, pardon, d’une réalisation, puisque cet immeuble de 44 logements a été livré lundi dernier. Destinés à l’accession sociale, la domotisation des appartements a été mise en place ici pour aider les primo accédant à maitriser leur budget énergie, en mettant notamment à disposition des outils simples et efficaces pour contrôler leurs consommations énergétiques.

Comme on peut le voir l’équipement est relativement complet :

universites_enocean_2016_2Une installation soigneusement étudiée, reposant sur deux protocoles principaux : EnOcean, mais également un peu de Z-wave, les produits de chaque protocole venant se compléter. Et au centre de tout ceci, la box domotique Zipabox, dont nous vous avons déjà parlé à de nombreuses reprises.  Installée directement en rail din dans le tableau électrique, modulable, et pouvant accueillir diverses extensions pour communiquer avec divers types de matériels, c’est la solution retenue par Bouygues Construction.

universites_enocean_2016_3Bien sûr, le constructeur a prévu les différents cas possibles, selon si la box est indisponible, la connexion internet, etc…

universites_enocean_2016_4Les premiers retours semblent bons, que ce soit au niveau du constructeur, du maitre d’ouvrage, ou encore des utilisateurs. Reste que pour ces derniers il faudra voir sur la durée, puisqu’ils ne l’utilisent au mieux que depuis une semaine. Un bel exemple de mise en place, en tout cas, et qui contribuera à habituer peu à peu le grand public à la maison intelligente. Tout comme aujourd’hui on ne se pose plus la question sur les TV, qui sont quasiment toutes connectées (ou connectables, tout au moins), demain tous les logements seront intelligents. On l’espère en tout cas.

universites_enocean_2016_5

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

Laisser une réponse