Aujourd’hui nous allons voir comment installer un micro module Edisio pour ensuite le piloter avec un interrupteur sans fil, ceci en situation. Mais nous verrons également comment aller un peu plus loin dans les fonctionnalités en l’utilisant conjointement avec une box domotique.

I. Le projet

Le but aujourd’hui est de réduire la place occupée par les interrupteurs de la maison, en les remplacant par des interrupteurs sans fil Edisio. Les interrupteurs actuellement en place sont des interrupteurs Duwi, fonctionnant en Z-Wave. Pas spécialement jolis, mais surtout occupant de la place, puisqu’un interrupteur est nécessaire pour chaque point lumineux à contrôler. Au passage, nous allons en profiter pour créer un va et vient qui n’existait pas, et ajouter quelques fonctionnalités…

II. Le matériel utilisé

Nous allons utiliser pour ce projet deux micro modules EMR-2000, et un interrupteur Edisio sans fil, version Diamond (surface en verre, beaucoup plus jolie).

edisio_eclairage_6

Pour nos besoins, nous avons donc:

edisio_eclairage_1

Passons aux présentations.

2.1 Micro module EMR-2000

Le micro module EMR-2000 permet de piloter une charge jusqu’à 10A, parfait pour un éclairage. Au niveau du cablage, c’est du classique: il nécessite la phase et le neutre. Deux sorties permettent ensuite de piloter la charge. Le module est précablé:

edisio_eclairage_4

Comme la plupart des équipements Edisio, il dispose de « DIPs », permettant de régler ses fonctions. En réglant le Dip n°2, on pourra au choix l’utiliser pour piloter une charge en 220V, ou alors l’utiliser en contact impulsionnel, pour piloter un portail, une porte de garage, une gache électrique, etc… Si on le souhaite, il est également possible de configurer une minuterie (pratique notamment pour la gestion du contact impulsionnel). Le bouton marqué « R » permet lui l’association avec des contrôleurs, comme l’interrupteur que nous allons utiliser.

edisio_eclairage_5

Sur ce modèle, pas possible de brancher un interrupteur par dessus. Contrairement à d’autres micro modules que nous connaissons, celui ci est surtout destiné à être placé dans un plafonnier près de l’éclairage, où on trouvera sans mal la phase et le neutre, contrairement aux cables présents habituellement derrière un interrupteur. Il pourra également prendre place derrière une prise électrique pour la piloter. Attention toutefois à avoir une boite d’encastrement suffisamment profonde: 50mm suffiront pour un éclairage, mais il vaudra mieux prévoir 60mm pour une prise, le module étant plus épais qu’un Fibaro par exemple:

edisio_eclairage_17

L’EMR-2000 permettra de piloter la charge, et sera encastré dans le mur ou le plafond. Pour le piloter lui, nous utiliserons un interrupteur sans fil.

2.2 Interrupteur sans fil Edisio

Edisio propose deux gammes d’interrupteurs: Elegance, en plastique blanc ou noir, et Diamond, avec des facades en verre de différentes couleurs. Ici nous avons opté pour un interrupteur Diamond de couleur grise, qui sera en accord avec la peinture de la pièce. Pour nos besoins nous avons opté pour un modèle à trois boutons:

  • un gérera le salon
  • un autre gérera la salle à manger
  • le dernier sera pour le couloir, l’interrupteur étant mis au croisement de ces trois pièces

edisio_eclairage_2

Comme on peut le voir sur la platine, celle ci dispose en fait de beaucoup plus de trois boutons: en fait la platine est la même quelque soit l’interrupteur, qu’il y ait un seul bouton ou cinq. Du coup, si un jour on souhaite changer la configuration, seule la façade est à changer, ce qui est plus économique.

edisio_eclairage_3

Cet interrupteur, fonctionnant sans fil, est donc alimenté par une pile bouton type CR2430, qui lui confère une autonomie estimée à 5 ans. Cela dépend bien sûr de l’utilisation qu’on fait de l’interrupteur, s’il est actionné de nombreuses fois chaque jour.

edisio_eclairage_12

La pile est placée dans un petit « tiroir » qu’il est facile de retirer même une fois l’interrupteur fixé au mur. Ainsi, pas besoin de tout démonter le jour où il faut la changer.

edisio_eclairage_13

Petit détail à noter: la présence d’un interrupteur sur la tranche inférieure du cadre. Celui ci permet en fait de faire une association déportée. En pratique, elle va remplacer le fameux bouton « R » du micro module, ce qui est une excellente chose quand celui ci est inaccessible. Le jour où on souhaite associer un nouvel interrupteur ou une télécommande, il suffit d’appuyer sur ce bouton pour lancer l’appairage. Le micro module se mettra à biper comme si on avait appuyé directement sur son bouton « R » à lui. Il suffit de suivre ensuite la procédure d’association habituelle (que nous reverrons plus bas).

edisio_eclairage_14

Avant de commencer, vérifions que notre interrupteur est dans le bon mode: il peut en effet fonctionner de deux facons différentes. Un bouton pour allumer et un autre pour éteindre; ou un même bouton pour allumer et éteindre. C’est ce dernier mode que nous souhaitons utiliser, pour limiter le nombre de boutons. Il s’agit du mode 1. Pour vérifier le mode de l’interrupteur, il faut appuyer sur son bouton « E » (celui sur la tranche inférieure, donc) et le maintenir enfoncé. Appuyez ensuite sur un des boutons: si la led clignote 1 fois, nous sommes en mode 1. Si elle clignote 2 fois, en mode 2.

III. Mise en place

ATTENTION: veillez bien à couper le courant avant toute intervention sur le réseau électrique !

Au bout du couloir étaient présents deux interrupteurs Duwi, fonctionnant sur le protocole Z-Wave:

edisio_eclairage_7

Il y a 8 ans, il n’y avait pas trop de choix d’interrupteurs en Z-Wave, et aucun micro module 😉 Toutefois le fabricant avait eu l’intelligence de faire des cadres doubles ou même triples, pour rassembler les interrupteurs. Ici, d’ailleurs, j’ai à droite un interrupteur raccordé au 220V, mais à gauche il s’agit d’un interrupteur sans fil faisant office de va et vient avec un interrupteur à l’autre bout du couloir.

edisio_eclairage_8

On retire donc l’ensemble, pour pouvoir installer l’EMR-2000. J’ai ici la chance d’avoir à la fois la phase et le neutre, je peux donc connecter mon module Edisio, ici à l’aide de connecteurs rapides Wago:

edisio_eclairage_9

Le branchement est relativement simple: phase et neutre sur les bornes L et N du module. Ensuite, on relie la phase également sur la borne 2, puis le fil qui va à la lampe sur la borne 1. Ainsi quand le relai est fermé, le 220V passe vers la lampe. Il ne reste plus qu’à tout rentrer dans la boite d’encastrement:

edisio_eclairage_10

Ici, dans du placo, la boite d’encastrement est de 40mm seulement. Comme on le voit le module passe tout juste. Heureusement, il sera tout seul, puisque l’interrupteur viendra  à raz.

edisio_eclairage_11

Avant d’aller plus loin, il va falloir appairer le module à son interrupteur, tant qu’il est encore accessible. On remet donc le courant pour alimenter le module.

On appuie ensuite sur son bouton « R »: le module se met à biper régulièrement. On prend notre interrupteur sans fil, et on appuie sur le bouton qu’on souhaite y associer (ici celui du haut, tout seul). Le module se met alors à biper de facon continue: on appuie de nouveau sur son bouton R pour valider l’association. On peut alors finir la mise en place.

On utilise les vis de fixation de la boite d’encastrement pour fixer l’interrupteur. Ici on utilise l’interrupteur pour cacher le trou de l’ancien, qui contient notre micro module. Mais il pourrait tout à fait être placé n’importe où ailleurs, puisqu’il communique avec le module par fréquence radio.

edisio_eclairage_15

On clipse la facade, et voilà notre interrupteur en place (la peinture du mur doit être refaite en gris clair prochainement, d’où le choix de cet interrupteur):

edisio_eclairage_16

Pour le salon, le module va être monté dans le plafonnier, car c’est le seul endroit où nous avons à la fois le neutre et la phase pour cette pièce. On retire donc le lustre et on ouvre la boite d’encastrement (après avoir coupé le courant bien évidemment).

edisio_eclairage_18

On raccorde là aussi notre module à l’aide de connecteurs rapides:

edisio_eclairage_19

C’est exactement le raccordement indiqué dans la notice de l’EMR-2000:

schema_EDR-2000

On range l’ensemble dans la boite d’encastrement, et on procède à l’association. Cette fois, nous allons faire une association déportée, ce qui évitera de devoir démonter le plafonnier si un jour on souhaite ajouter un autre contrôleur à ce module. Pour cela, on appuie 2 fois sur le bouton R du module. Des doubles bips vont se faire entendre. Dans les 10s, on appuie sur le bouton E de l’interrupteur. Le module bipe alors en continu. On appuie de nouveau sur le bouton R, l’association est terminée. A partir de maintenant, le bouton E de l’interrupteur remplace le bouton R du module. On peut réinstaller notre plafonnier. Il ne nous reste plus qu’à associer le module à une des touches de l’interrupteur.

Même technique que précédemment, sauf qu’au lieu d’appuyer sur le bouton R du module, on peut maintenant le faire depuis le bouton E de l’interrupteur. On appuie donc sur son bouton « E », le module se met à biper régulièrement. Sur l’interrupteur, on appuie sur le bouton qu’on souhaite y associer (cette fois celui du bas tout à droite dans notre cas). Le module se met alors à biper de facon continue: on appuie de nouveau sur le bouton E de l’interrupteur pour valider l’association.

La mise en place est terminée. Là tout de suite, notre installation est déjà fonctionnelle, même sans box domotique: on appuie sur un bouton, ca allume immédiatement le plafonnier associé.

Mais vous devez vous demander à quoi sert le troisième interrupteur ? Il déclenchera un scénario dans Jeedom, ce que nous allons voir maintenant.

IV. Intégration dans Jeedom

Pour utiliser ce matériel avec Jeedom, il faudra bien sûr posséder un dongle Usb Edisio et le plugin Edisio. Je vous invite à consulter cet article pour plus de détails.

Il suffit d’appuyer sur les touches de l’interrupteur pour que celui ci soit automatiquement détecté par Jeedom:

edisio_eclairage_jeedom_1

Une fois créé, on entre dans sa configuration. A droite on peut indiquer qu’il s’agit d’un interrupteur trois boutons, et de couleur grise, ainsi l’illustration correspondra bien à notre interrupteur. On lui donne un nom, et on le place dans une pièce:

edisio_eclairage_jeedom_2

En dessous, on retrouve normalement les commandes correspond à chaque bouton activé. On remarquera que pour chaque bouton, nous avons un appui normal, et un appui long:

edisio_eclairage_jeedom_3

On peut renommer les commandes pour s’y retrouver plus facilement:

edisio_eclairage_jeedom_4

Ce qui nous donne sur le tableau de bord Jeedom ce type de widget:

edisio_eclairage_jeedom_5

Concernant les modules EMR-2000, il faudra les ajouter manuellement, les actionneurs n’étant pas détectés automatiquement comme les controleurs. On crée donc un nouvel équipement. Dans la liste à droite, on peut sélectionner le micro module EMV-400 (Lumière). L’EMR-2000 n’est pas présent, mais le fonctionnement est le même. On lui donne un nom, on le place dans une pièce, et on enregistre.

edisio_eclairage_jeedom_6

Les commandes sont créées:

edisio_eclairage_jeedom_7

Il faut maintenant faire l’association avec le module, comme on l’a fait pour l’interrupteur physique. On passe le module en mode association en appuyant sur son bouton R (ou le E de l’interrupteur pour le mode déporté du second module), le module se met à biper. On clique sur le bouton « tester » à droite de la commande « On » dans Jeedom: le module se met à biper en continu. On appuie de nouveau sur son bouton R (ou le E de l’interrupteur si en mode déporté): l’association avec Jeedom est finie.

Vous remarquerez qu’avec la configuration du module EMV-400 nous avons deux commandes On et Off: il s’agit en effet d’un module double. Nous n’en avons pas besoin ici, on peut donc supprimer les commandes inutiles:

edisio_eclairage_jeedom_8

Ce qui nous donne ce widget sur le tableau de bord:

widget_edr-2000

Cela permettra de piloter nos plafonniers depuis l’interface, mais aussi depuis des scénarios, sur détection de mouvement, au coucher du soleil, etc…

Mais le scénario qui nous intéresse particulièrement ici, c’est celui que nous pourrons associer aux touches de l’interrupteur. On crée un nouveau scénario, en mode Avancé, et dont le mode de déclenchement sera « provoqué ». Là on ajoute en évènement tous les boutons de notre interrupteur (cliquez pour zoomer sur l’image):

edisio_eclairage_jeedom_9

On ajoute un premier bloc « Si », dont la condition sera

trigger(#[Rez de Chaussée][Interrupteur Séjour – Couloir][Couloir]#) == 1

Autrement dit, on va déclencher une action dès que le bouton n°3 est actionné. Le fameux bouton que nous n’avions associé à rien.

On ajoute à l’intérieur un second bloc SI: cette fois on vérifie l’état du module Z-wave qui pilote l’éclairage du couloir. S’il est éteint, on l’allume, s’il est allumé, on l’éteint. Ainsi, un simple appuie sur le bouton n°3 de l’interrupteur Edisio va inverser l’état de notre module Z-Wave (un Fibaro en l’occurrence). C’est en effet tout l’intérêt d’avoir une box multiprotocole: tous ces équipements peuvent dialoguer entre eux via les scénarios.

Nos trois boutons peuvent donc piloter nos trois plafonniers: deux en Edisio, un en Z-wave. C’est exactement ce qu’on recherchait. Mais si nous allions plus loin ? Jeedom est en effet capable de savoir si nous faisons un appui long sur l’un des boutons (appui de 5s environ). On ajoute donc un autre bloc SI, avec en condition:

trigger(#[Rez de Chaussée][Interrupteur Séjour – Couloir][SaM Long]#)==1

Comme tout à l’heure, on va déclencher une action dès que le bouton change d’état en appui long. Si on l’active, on lance alors une série d’actions: on éteint les plafonniers de la salle à manger, du salon, et on allume les rubans led mis en décoration sous les meubles, pilotés par des modules Fibaro RGBW:

edisio_eclairage_jeedom_10

Un autre bloc SI, sur le bouton du Salon, cette fois, fait l’inverse: il rallume les plafonniers, et éteint les rubans Led:

appui_long_salon

Ainsi, un appui long sur le bouton de la salle à manger éteint les plafonniers et allume l’éclairage d’ambiance; un appui long sur le bouton du salon fait l’inverse pour revenir à la « normale ».

Cette utilisation des appuis longs est très pratique, car elle permet d’ajouter des fonctionnalités supplémentaires en limitant le nombre de boutons sur l’interrupteur, et comme il ne s’agit pas d’une utilisation « normale » d’un bouton (le fait de maintenir appuyé 5s n’est pas habituel), cela réduit le risque de déclenchement involontaire de scénarios par les enfants. Les types d’usages sont énormes: on peut imaginer faire une commande centralisée pour piloter tous ses volets d’un simple appui, lancer sa playlist préférée sur ses enceintes connectées, ouvrir la gache électrique du portillon, etc…

V. Conclusion

Nous avons vu au travers de cette mise en application comment piloter son éclairage via des modules Edisio, mais également comment piloter d’autres équipements utilisant des protocoles différents. L’exemple a été fait ici sur une box Jeedom, puisqu’elle est multiprotocole, mais le principe fonctionne également sur eedomus, cette dernière supportant également le protocole Edisio.

Le fait d’utiliser des modules EMR-2000 associés à un interrupteur Edisio est très pratique, car l’action est instantanée: aucun temps de latence, on appuie, la lampe s’allume. De plus, même sans box domotique, cela fonctionne parfaitement. Ce n’est pas le cas par contre pour le bouton qui pilote le module Fibaro: puisque c’est la box qui fait la jonction entre les deux protocoles, via un scénario, si la box ne répond pas, la commande ne fonctionnera pas. D’où l’utilisation de modules Edisio pour les pièces à vivre, qui doivent toujours fonctionner sans soucis. Pour le couloir, le problème est moins grave, et comme nous étions déjà équipé en Z-Wave, cela évite de devoir racheter des périphériques.

Par sa simplicité de mise en place, son fonctionnement autonome, son excellente portée, et les périphériques proposés, la gamme Edisio est vraiment intéressante. Je vous invite à la découvrir sur notre boutique.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

4 commentaires

  1. Bonjour,

    Je suis novice dans la domotique, je suis intéressé par ces interrupteurs Edisio (de part leur rapidité et la possibilité de diminuer le nombre d’interrupteurs).
    Par contre, est il possible d’avoir un retour d’état des modules Edisio sur Jeedom ?

    Merci pour votre retour.

    • Bonjour Koumal,

      Le protocole Edisio intègre bien le retour d’état et Jeedom supporte cette fonction.

      Cordialement,
      Laurent

Laisser une réponse