Edisio propose un catalogue de périphériques assez complet, pour répondre à la plupart des usages. Aujourd’hui je vous propose un cas d’installation concrète dans un tableau électrique, afin de piloter l’éclairage d’un bâtiment.

I. Présentation du projet

Le but ici va être de piloter 4 points d’éclairage dans un atelier, se trouvant à une trentaine de mètres de l’habitation principale. La box domotique étant dans la maison (box Jeedom), cela fait donc une trentaine de mètres à traverser, agrémentée de deux murs en parpaings. Edisio est donc ici une solution de choix pour son excellente portée, le Z-Wave commencant ici à atteindre ses limites.

Devant mettre en place un petit tableau électrique pour ce batiment, le choix a été fait d’intégrer son pilotage domotique directement en tableau, grâce au module EDR-B4. Le contrôle de ce module, lui, se fera via des interrupteurs sans fil, réalisés grâce à des micro modules sans fil EMM-100: cela facilite beaucoup l’installation, en réduisant les cables à passer, puisque de ce fait seuls les points lumineux devront être raccordés au tableau électrique.

II. Présentation du matériel

2.1 Module EDR-B4

Sous ce nom peu parlant de EDR-B4 se cache donc en fait un module rail din, c’est à dire capable de venir se loger directement dans le tableau électrique. Il occupe la place de 6 modules traditionnels:

test_edisio_edr-b4_1

Il dispose sur le haut de 4 sorties de 10A, libres de potentiel. Sur la partie basse, il possède 7 entrées: 1x RS485, 4x Digital input, 2x Analogic (0 – 10V). Les entrées digitales pourront par exemple être reliées à des interrupteurs pour piloter les 4 relais.

Comme bien souvent sur les modules Edisio, différents modes de fonctionnement sont disponibles sur ce périphérique, en fonction du réglage des « DIP » disponibles sur la partie basse (en bleu sur la photo). Il est également possible d’appliquer une minuterie sur les commandes si nécessaire, pratique par exemple pour gérer l’éclairage d’un escalier ou de parties communes. Deux Dips sont disponibles par sortie, pour régler le mode (marche / arrêt ou volet) et l’utilisation ou non de la minuterie:

dip

Tout à droite, on peut apercevoir le bouton « R », qui permet d’appairer le module à d’autres équipements (interrupteurs sans fil par exemple).

test_edisio_edr-b4_2

Ses modes de fonctionnement permettent le contrôle en Marche/Arrêt, Impulsion et Ouvrir/Stop/Fermer (pour 2 ouvrants). Avantage: la sortie 1 peut être en mode On/Off et la sortie 2 en mode Impulsion indépendamment de la minuterie, et les sorties 3 et 4 en mode Ouvrir/Stop/Fermer. Et ceci pour tous types d’applications: volets, stores, portails, portes de garage, moteurs, gâches électriques, automatisations. Ce module saura donc répondre à de nombreux besoins. La notice donne quelques exemples de raccordements:

chema

La connexion des câbles se fait simplement par bornier à vis:

test_edisio_edr-b4_3

A l’arrière, les clips de maintien pour le rail du tableau électrique, classique:

test_edisio_edr-b4_4

2.2 Modules EMM-100

Le pilotage se fera ici par des interrupteurs sans fil. Comme il s’agit d’un atelier, je n’ai pas opté pour les beaux interrupteurs Edisio, mais simplement pour le micro module EMM-100, qui permet de piloter deux actionneurs distincts.

test_edisio_edr-b4_5

Il sera intégré dans un interrupteur Legrand en saillie:

test_edisio_edr-b4_7

Là encore, ce module dispose de DIPs pour régler son fonctionnement, qui peut être sur interrupteur mécanique ou bouton poussoir.

test_edisio_edr-b4_6

Ici notre interrupteur est mécanique, il faut donc mettre le DIP 3 en bas à l’aide de la petite pointe fournie:

test_edisio_edr-b4_10

Celui ci fonctionne simplement à l’aide d’une pile bouton CR2032 qui lui donne une autonomie estimée à 3 ans (dépendra bien sûr du nombre d’actions effectuées, mais comme l’émetteur n’émet que quand on l’actionne, il est très économe en énergie).

test_edisio_edr-b4_11

III Mise en place

3.1 Réalisation de l’interrupteur sans fil

L’avantage de notre interrupteur Legrand est qu’il y a de la place à l’intérieur, comme on le voit ici sous les connecteurs des fils:

test_edisio_edr-b4_8

On démonte donc l’interrupteur:

test_edisio_edr-b4_9

Et on raccorde notre micro module comme ceci, en pensant à faire un pont entre les deux bornes pour la masse (fil noir):

test_edisio_edr-b4_12

Le contact avec le fil rouge contrôlera un point lumineux, le contact avec le fil bleu un autre point lumineux. Il ne reste plus qu’à tout caser dans le boitier de l’interrupteur, ce qui est réalisable sans trop de mal, grâce à la place disponible:

test_edisio_edr-b4_13

test_edisio_edr-b4_14

On remet le couvercle de l’interrupteur:

test_edisio_edr-b4_15

Nous avons notre interrupteur sans fil prêt, capable de piloter deux points lumineux (donc deux relais du module rail din). Pour nos besoins, deux interrupteurs de ce type ont été réalisés (soit 2×2 boutons = 4 contrôles).

Passons à l’installation du module rail din

3.2 Installation du module EDR-B4

Comme il s’agit d’un atelier, j’ai eu recours à la récup: un vieux tableau électrique chiné sur une brocante, qui fera amplement l’affaire. Un disjoncteur général en entrée de ligne, un disjoncteur dédié à l’éclairage, puis le module Edisio. Celui ci est alimenté en 220V, donc alimenté par le disjoncteur dédié à l’éclairage:

test_edisio_edr-b4_16

Le tableau étant maintenant précablé, il ne reste plus qu’à le fixer au mur:

test_edisio_edr-b4_19

Reste à cabler l’éclairage. Nous avons ici un plafonnier:

test_edisio_edr-b4_20

Un néon au dessus de l’établi, un néon dans la partie « grenier » du batiment, et un éclairage extérieur.

test_edisio_edr-b4_22

Tous ces éclairages sont directement raccordés au tableau électrique, sur le module EDR-B4 (n’hésitez pas à cliquer pour zoomer sur la photo et les branchements):

test_edisio_edr-b4_24

Pour mieux comprendre le branchement, il s’agit de celui ci:

schema2

Le neutre des points lumineux est relié directement au neutre du disjoncteur éclairage. La phase, elle, est reliée aux 1ers connecteurs des 4 relais. La phase en provenance des éclairages est elle reliée aux seconds connecteurs des 4 relais. Ainsi quand les relais sont fermés, cela allume les éclairages.

Il nous faut maintenant associer nos éclairages à nos deux doubles interrupteurs. Une étape extrêmement simple: pour le premier point lumineux, on appuie une fois sur le bouton « R » du module rail din. Celui ci se met à biper à intervalle régulier. Il suffit d’appuyer ensuite sur l’interrupteur qu’on souhaite: le module rail din se met alors à biper en continu: on appuie de nouveau sur le bouton « R » pour valider l’association, et c’est fini. On fait cela pour les 4 relais: pour le 2eme, on appuie 2 fois sur le R, et on suit la procédure. Pour le troisième 3 fois sur le R, et pour le 4eme… vous avez suivi ?

Il ne reste plus qu’à refermer le tableau électrique:

edisio_EDR_fini_2

Et placer nos deux interrupteurs où on souhaite, puisqu’ils sont totalement sans fil:

edisio_EDR_fini_1

A ce stade, notre installation est parfaitement autonome: on appuie sur le bouton, ca allume ou ca éteint la lumière correspondante. Pas besoin de box domotique. Mais bien sûr, le but est d’intégrer cette gestion de l’éclairage au système domotique de la maison.

IV. Intégration à Jeedom

En connectant un dongle Edisio à Jeedom, et en installant le plugin du même nom, Jeedom est capable de dialoguer avec les périphériques Edisio. Nous avons déjà vu cela dans des guides précédents.

Les modules EMM-100, puisqu’il s’agit d’émetteurs, seront automatiquement créés par Jeedom dès qu’on les actionnera. Ici nous n’en avons pas l’intérêt, mais récupérer leur état pourrait permettre de déclencher des scénarios par exemple. Dans notre cas ils sont associés directement au EDR-B4 pour le piloter, et c’est le seul besoin que nous avons. En revanche nous voulons pouvoir piloter l’EDR-B4 depuis Jeedom si besoin. Comme il s’agit là d’un actionneur, il ne sera pas créé automatiquement, il va falloir le créer nous même. On se rend donc dans le plugin Edisio, et on demande à ajouter un périphérique. On lui donne un nom, ici « Eclairage Atelier », tout simplement, on l’active, on le place dans la pièce qu’on souhaite, et surtout, on sélectionne son modèle dans la liste déroulante:

creation_edr

On enregistre: cela va créer automatiquement toutes les commandes correspondantes:

commandes_edr

Il nous reste maintenant à associer ces commandes aux quatre relais du module: ici nous allons simplement faire une association, comme nous avons déjà fait pour les interrupteurs sans fil: on appuie sur le bouton « R » de l’EDR-B4, qui va se mettre à biper régulièrement. On clique ensuite sur le bouton « tester » de la première commande On. L’EDR-B4 se met à biper en continu, il ne reste plus qu’à appuyer de nouveau sur son bouton R pour confirmer l’association. On fait de même avec les relais 2, 3, et 4, en appuyant successivement 2 fois, 3 fois, puis 4 fois, et en suivant la même procédure. Une fois les commandes correctement associées, nous avons ce type de widget sur notre tableau de bord Jeedom:

widget

Un widget qu’on peut bien sûr personnaliser, en renommant les commandes, et en masquant celles qui sont inutiles, le « toggle » pouvant ne pas être utile à tous.

Ces commandes peuvent ensuite être utilisées dans des scénarios. Ici, par exemple, j’éteins automatiquement toutes les lampes à 2h du matin, histoire de ne pas laisser allumé toute la nuit en cas d’oubli, l’atelier étant au fond du jardin, et plusieurs jours pouvant se passer entre deux visites du batiment:

scenario

V. Conclusion

Le choix s’est porté ici sur le protocole Edisio pour plusieurs raisons:

  • tout d’abord sa portée, puisqu’avec 30m et deux murs en béton le Z-Wave trouvait ses limites. Il aurait fallu ajouter un répéteur à mi parcours, chose difficile en plein milieu du jardin.
  • ensuite son prix, puisqu’avec le module rail din capable de piloter 4 charges, vendu 159€, cela ramène le cout du point lumineux à 39€.

Ce prix vient bien sûr se gonfler avec l’utilisation de modules sans fil pour nos interrupteurs (+22€ par point). Ce choix a été fait pour réduire le cablage nécessaire et faciliter l’installation. Il peut être largement réduit en connectant des interrupteurs classiques directement au module rail din.

Notons également la simplicité d’utilisation: l’association entre les interrupteurs sans fil et le module rail din se fait en trois clics. De plus, ce module peut être associé avec de nombreux contrôleurs. Ici nous avons vu que chaque point lumineux est piloté par un interrupteur sans fil, mais également par Jeedom. Après coup, j’y ai également associé un bouton de ma télécommande Trendy pour l’éclairage extérieur: ainsi quand je rentre le soir, si je dois aller au fond du jardin ma télécommande me permet d’allumer l’éclairage extérieur. Et la portée est excellente, puisque je l’allume à une cinquantaine de mètres du bâtiment.

Enfin, pour ceux qui sont rebutés par l’utilisation d’une box domotique, le gros avantage est que cette solution est totalement autonome: comme on l’a vu à la première étape, une fois l’interrupteur associé au module rail din, tout était fonctionnel. Pas besoin de box domotique. L’utilisation d’une box domotique permet juste d’ajouter un peu d’intelligence et de scénarios dans l’utilisation, c’est tout. Pratique, mais pas nécessaire. Et même dans le cas d’une utilisation d’une box domotique, en cas de plantage éventuel de celle ci, notre éclairage continue de fonctionner avec ses interrupteurs sans fil et même ma télécommande Trendy.

Bref, ici je recherchais la facilité d’installation, la facilité d’utilisation, l’intégration au système domotique tout en restant autonome si besoin, et tout ceci pour un cout modéré: c’est mission accomplie ! Pour compléter le tout, il ne resterait plus qu’à appliquer la même chose pour le pilotage des prises électriques, directement depuis le tableau électrique. Pas besoin d’interrupteur dans ce cas, mais un petit scénario permettrait de s’assurer qu’aucune machine ne reste allumée pour rien.

Vous pouvez retrouver le matériel utilisé sur la boutique Domadoo: l’EDR-B4 est vendu ici 159,90€, et le micro module EMM-100 44,90€.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

Laisser une réponse