Même si nous n’en sommes pas au niveau des grandes villes comme Tokyo ou Hong Kong, l’air en ville n’en reste pas moins très pollué, bien au dessus des maximuns préconisés pour la santé. Cette pollution tend à multiplier les problèmes respiratoires et les allergies. Plusieurs études menées en Europe ont constaté que l’eczéma, l’asthme, les rhinites et les conjonctivites allergiques sont tous plus fréquents en zone urbaine. L’étude Isaac, par exemple, réalisée dans six villes de France (Reims, Créteil, Clermont-Ferrand, Strasbourg, Bordeaux et Marseille) et pilotée par le Dr Annesi-Maesano, a démontré l’effet de la pollution atmosphérique sur la santé des enfants. « Ceux qui résidaient depuis au moins huit ans dans des zones à pollution élevée avaient trois fois plus d’eczéma et presque deux fois plus d’asthme », précise la chercheuse.

Pour tenter de mieux se protéger, Caroline Van Renterghem a tout essayé pour mieux respirer en ville. Ne trouvant pas de solution adaptée, elle a créé le foulard connecté.

Découvrez SmartHome Europe !

Pour tenter de mieux respirer en ville, que ce soit à pied ou à vélo, il est possible de porter un masque pour filtrer les particules fines. Seulement, la plupart sont inefficaces, très souvent inesthétiques, et désagréables à porter.

masques

Caroline Van Renterghem, styliste qui a l’habitude de surfer en vélo entre les pots d’échappement, a ainsi décidé de chercher une solution mieux adaptée, à la fois pour bien se protéger, tout en restant jolie. C’est ainsi qu’elle a créé sa startup Wair.

Après avoir testé de nombreux tissus, elle a pensé à un capteur relié à une application appelée « Be AWAIR » qui sera disponible gratuitement fin 2015. Ce capteur sera capable de mesurer le degré de pollution et ainsi vous avertir quand il faut vous protéger à l’aide du foulard, spécialement étudié à cet effet. Cette application intègre également un aspect social, un peu à la facon de la station météo Netatmo qui, en acceptant de partager ses informations, permet de créer une carte météo mondiale. Ici, Wair permettra de constituer une carte de la pollution des villes, actuelle et vraiment en situation, puisque les données seront récoltées par les utilisateurs à pied ou en deux roues. Caroline espère que cela pourra aider les gens à mieux respirer, et agir sur les politiques environnementales en cours.

4731497_wair

L’application pourra même être utilisée indépendamment du foulard. Via différentes mesures agrégées par l’application et le profil créé (en indiquant si on souffre d’allergies par exemple), elle permettra à chacun de connaître son indice personnel et localisé et d’évaluer la nécessité de porter ou non le foulard. Une excellente initiative !

Enfin, le foulard a été dessiné par des artistes et pourra être composé de motifs personnalisés, histoire de rester fashion tout en se protégeant, grâce à un textile capable de filtrer les principaux éléments de la pollution de l’air et les allergènes. Pour cela le foulard dispose d’une petite poche dans laquelle se trouve la partie filtrante.

Wair a déjà remporté le trophée Défi Cisco, participé à de nombreuses présentations telle que celle du Medef où nous avons découvert la solution, et sera présente au CES à Las Vegas en début d’année prochaine. Le modèle fonctionnel est espéré pour mi 2016, sans idée de prix pour le moment. L’idée reste toutefois excellente, nous ne manquerons pas de suivre ce projet.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.