Il y a une semaine nous avons été invités à une conférence de presse à Bézannes, où un projet de maisons connectées a été lancé par la commune et le groupe Plurial Novilia, spécialisé dans les actions pour logements sociaux. Ce projet comporte en fait deux maisons: une maison médicalisée destinée aux seniors, et une autre pour les familles. La conférence a été l’occasion de découvrir un peu plus en détail ce projet.

maisons_connectées_reims_1

Après une présentation générale par le maire de Bézannes, très fier de ce projet, l’architecte Bruno Rollet nous a présenté un peu plus en détail son concept, qui tourne autour de quelques idées simples:

maisons_connectées_reims_3

Après avoir visité les différentes entreprises associées à ce projet (que nous découvrirons un peu plus loin), il s’est inspiré des produits proposés, innovants, pour construire la maison connectée répondant aux idées citées ci dessus.

maisons_connectées_reims_4

Il est parti d’une forme au sol, sur laquelle il a ajouté des pièces, une serre, un patio, le tout recouvert d’une toiture végétalisée, reprenant la même forme que celle du sol.

Le second modèle de maison reprend la même base, mais avec un étage supplémentaire, afin de pouvoir accueillir une famille de 5 personnes, et est recouverte cette fois de panneaux photovoltaiques.

maisons_connectées_reims_5

Ces constructions ont été appelées « maison 2+1 » et « maison 5+1 ». Le « +1 » parce qu’une personne supplémentaire pourra être accueillie dans une chambre séparée. Chaque habitation possédant deux entrées, il sera même possible de rentre le « +1 » indépendant si besoin.

La « maison 2+1 », comme nous le disions, est destinée à accueillir un couple de seniors. Cette maison originale, batie de plein pied, bénéficiera des dernières technologies de pointe en matière de domotique liée au maintien à domicile (réflexion sur l’ergonomie du logement, dispositifs de prévention des chutes, chemins lumineux…), mais également d’équipements de télémédecine et de domomédecine (appareils connectés) en lien avec le service gériatrique de la polyclinique voisine de Courlancy. La maison sera en effet équipée de micro capteurs, permettant de suivre les 5 constantes déterminées comme importantes par les équipes médicales: le pouls, la température, l’oxygène, la tension, et la glycémie.  Ces données seront transmises régulièrement, afin de pouvoir intervenir rapidement en cas de soucis. Les objets connectés pour cette domomédecine sont encore en cours d’étude, le but étant que les objets soient le moins intrusifs possible.La pièce indépendante de ce bâtiment pourra avoir diverses fonctions: accueillir un étudiant en médecine qui épaulera le couple au quotidien, des membres de la famille (enfants, petits enfants), ou bien être une chambre d’appoint pour l’un des membres du foyer, tout en restant parfaitement autonome.

La « maison 5+1 », elle, accueillera une famille avec enfants et sera un exemple en matière d’intégration de la domotique dans les usages quotidiens. Pensée de manière évolutive, la conception permettra aux occupants de réattribuer le rôle des pièces en fonction des différentes étapes de la vie (naissance, études, départ des enfants, hébergement d’un sénior, etc…).

maisons_connectées_reims_6

Les deux maisons ont été pensées pour être lumineuses, et permettre de se promener tout autour pour pouvoir prendre l’air, tout en restant à l’abri en cas de mauvais temps.

maisons_connectées_reims_7

maisons_connectées_reims_8

maisons_connectées_reims_9

Il ne s’agit pour le moment que d’une simulation, puisque la construction devrait démarrer à la fin de l’année, pour une livraison fin 2016. Le projet est toutefois très beau, tant dans la réalisation que dans la réflexion, notamment pour la maison adaptée aux séniors, puisqu’on sait que le maintien à domicile de cette population est aujourd’hui un vrai problème. Ici on espère pouvoir louer ce type de maison à 6€ le mètre carré, soit environ 500€ pour la maison 2+1, étant donné qu’elle fera 87m2. La maison 5+1, elle, sera plus grande, avec 150m2.

Comme évoqué plus haut, ce projet a fait intervenir de nombreux fabricants, une bonne partie étant de la région Champagne Ardennes.

maisons_connectées_reims_2

Nous avons par exemple la société Imerys, qui possède toute une gamme de produits pour les toitures, mais qui propose également un produit très innovant: STOCK’IT, le 1er kit solaire avec stockage pour la maison. La journée, l’énergie solaire alimente les appareils. La nuit, ou en l’absence de soleil, les batteries prennent le relai. Le détail important, c’est que le basculement entre le réseau ERDF et les batteries se fait automatiquement quand le besoin s’en fait sentir.

maisons_connectées_reims_10

Autre exemple avec Campa, filiale du groupe industriel familial francais Muller, qui propose des solutions innovantes de confort thermique, répondant aux objectifs des transitions énergétiques, environnementale et digitale. On pouvait par exemple découvrir ces radiateurs intelligents, équipés d’une cellule de détection de mouvement (sur le centre à droite) afin de n’utiliser le chauffage que quand cela est nécessaire.

maisons_connectées_reims_11

Divers dispositifs pour les économies d’énergie sont également proposés par cette société, qui dispose d’un centre de R&D très important dans le domaine.

maisons_connectées_reims_12

La société Sterial présentait également ses poignées et rampes en cuivre. Pourquoi en cuivre ? Il s’agit du seul matériau bénéficiant d’une efficacité antimicrobienne naturelle. En effet, en l’espace de deux heures, toutes les bactéries disparaissent naturellement, ce qui est un vrai challenge, certains microbes, comme l’escherichia coli, par exemple, pouvant survivre durant 16 mois !

maisons_connectées_reims_13

D’ailleurs, en terme de produits anti bactérien, nous avons également rencontré la société Chagneau, qui propose des peintures innovantes, dont une peinture antimicrobienne, Sanicoat, constituée d’ions d’argents, permettant de tuer 99,99% des bactéries en 24h. La gamme Supralkyde, elle, se charge de purifier l’air: le système Purif’Air capte en effet le formaldéhyde présent dans l’air et le transforme en vapeur d’eau, purifiant ainsi l’air intérieur. Enfin, une dernière gamme propose de la peinture phosphorescente, capable d’éclairer par exemple une descente d’escalier ou un passage pouvant être dangereux pour éviter de tomber la nuit. Ingénieux, et ne nécessitant aucune électricité !

Jacob Delafon proposait aussi quelques appareillages pour les sanitaires notamment. Robinets avec détection pour allumage automatique, évitant ainsi de transmettre des microbes:

maisons_connectées_reims_14

Ou encore pomme de douche intégrant une enceinte bluetooth, étanche, tenant à l’aide d’un système aimanté:

maisons_connectées_reims_15

Schneider Electric a également participé à ce projet, pour apporter notamment aux électriciens des packs domotique pré configurés afin de faciliter l’installation. Ainsi 5 jours de formation suffiraient à former un électricien pour qu’il sache poser un système domotique.

D’autres entreprises, comme Saint Gobain, EDF, Le Batiment Associé, etc… ont participé à ce projet, et c’est bien tout ce qui en fait la force, car pour une fois tous les métiers, tous les fabricants, ont su dialoguer entre eux afin de proposer leurs idées et points de vue, afin d’obtenir des batiments bien pensés.

Bref, un très beau projet, qu’il nous tarde de voir en réalité, puisque la partie domotique, notamment, reste assez évasive. Les deux maisons devraient servir de showroom les 6 mois suivant leur achèvement, avant d’être habitées par de « vraies » personnes. Un projet à suivre, donc.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

Laisser une réponse