Lorsque vous avez une installation domotique conséquente, il est probable que vous ayez tout centralisé sur une box domotique, afin que tous vos dispositifs communiquent ensemble, pouvoir créer des scénarios et automatismes selon vos envies mais également pour n’utiliser qu’une seule application. On distingue deux types de box : dépendante ou indépendante du cloud. Chacune présente ses avantages et inconvénients et nous allons aujourd’hui, en savoir plus sur les bonnes pratiques à adopter pour l’utilisation d’une box domotique indépendante du cloud. L’invité du jour est Denis, membre actif de l’équipe Jeedom, une solution domotique indépendante du cloud, va nous partager son retour d’expérience afin de maîtriser les points importants pour une bonne utilisation de ce type de box.

1- Pour démarrer ce nouvel épisode de Smarthome Academy, peux-tu nous décrire qui est Denis et quel est ton background ?

Depuis 1 an dans la domotique, j’ai 48 ans. Auparavant j’étais commercial en B2B, c’est une reconversion professionnelle parce que féru d’informatique depuis une dizaine d’années assez geek, j’ai souhaité changer mon orientation professionnelle pour maintenant me faire plaisir en travaillant dans un secteur d’activité plus ludique.

2- Qu’est-ce qu’une box domotique indépendante du cloud et quel est son intérêt ?

Une box domotique c’est un automate qui va vous permettre d’automatiser un certain nombre de choses chez vous et aujourd’hui on en parle à toutes les sauces dans le domaine informatique : le cloud. L’intérêt du cloud est de ne pas stocker les données chez soi et donc ne pas avoir de problème de capacité. Mais il y a un inconvénient, qui dit cloud dit que les données sont sauvegardées à l’extérieur et donc on n’en a pas la maîtrise en terme de sécurité. Non seulement on envoie des informations sur le cloud pouvant être interceptées au moment de cet envoi et c’est aussi hébergé ailleurs donc des piratages peuvent exister. Une box domotique indépendante du cloud, l’avantage, vos informations restent chez vous, vos données personnelles également… tout ceci est stocké en local, il faudrait donc rentrer dans l’installation du particulier pour pouvoir lui pirater ses données. Avec le cloud, on ne fait également pas ce que l’on veut, on ne récupère pas des informations en instantané, on a souvent des problèmes de réactivité.

3- A qui conseilles-tu une box domotique indépendante du cloud ?

Tout d’abord, je conseille une box domotique indépendante du cloud à ceux qui craignent pour leur sécurité mais aussi ceux qui ont de l’expérience en informatique car l’avantage d’utiliser le cloud c’est que vos données sont stockées à l’extérieur donc accessibles en permanence à condition d’avoir une connexion internet, alors qu’une box domotique indépendante du cloud, les données sont stockées en local, si il y a une perte de données, on ne peut pas les récupérer de l’extérieur, il faut donc que la personne sache elle-même organiser ses sauvegardes de façon incrémentielle ou non pour pouvoir toujours revenir en arrière et avoir une installation fiable. Il faut s’y connaître un minimum en informatique.

4- Me suggères-tu d’utiliser ma box domotique indépendante du cloud pour sécuriser mon logement contre des cambrioleurs ?

Il faut bien dissocier les deux. Les compagnies d’assurance dans le domaine de l’alarme ont des compagnies agrées qui s’engagent dans leurs prestations à fournir un niveau de qualité. On peut très bien avoir son propre système d’alarme qui prendrait des vidéos ou des photos quand il y a une ouverture de porte ou fenêtre mais si l’alimentation électrique est coupée, il y a plus de sécurité du tout pour la maison, la personne rentre et fait son cambriolage et puis vous rentrez chez vous et constatez le vol. Les systèmes de sécurité dans le domaine de l’alarme sont plus performants, des personnes sont prêtes à se déplacer en un temps record pour venir chez vous, constater ce qu’il se passe et faire un état d’un flagrant délit, la domotique ne permet pas de faire la même chose, il faut distinguer les deux.

5- Si ma box domotique n’est pas dépendante du cloud, comment accéder à mon interface à distance, depuis mon smartphone ?

On peut y accéder de deux façons de l’extérieur. La première c’est par une connexion sécurisée en https ou par l’application mobile. Dans les deux cas, tout ceci utilise dans notre cas, le DNS, qui est un VPN, un réseau privé. Ces réseaux privés sont cryptés avec les grosses normes de cryptage donc on peut prendre facilement en main son installation soit par l’application mobile, soit par n’importe quel poste informatique extérieur en tapant une adresse dédiée.

6- Quelles sont les précautions à prendre lorsque :

  • Je débute avec une box domotique indépendante du cloud

De fonctionner de manière séquentielle, pas à pas. Quelque soit le fournisseur, il y a toujours un guide pour les premiers pas. Mais bien souvent on a tendance à pas lire tout ça et à passer directement aux phases suivantes et bien souvent on arrive aussi à un résultat qui n’est pas fonctionnel. Donc il faut procéder par étape, un peu comme quand on démarre un ordinateur pour la première fois et bien il faut suivre le quick start, les bonnes manipulations… dans le cadre de la box que je connais le mieux, il faut s’identifier, il faut créer son objet, il faut créer son infrastructure puisqu’au départ on part sur une page blanche tout simplement. Une boite vide dans laquelle on va mettre des éléments mais il faut les mettre dans le bon ordre et bon sens pour que tout cela fonctionne bien.

  • Je veux faire une mise à jour de ma box domotique indépendante du cloud

Il y en a des mineures et des majeures. Pour les mineures, elles n’auront pas tendance à révolutionner tout le système, tout le monde de fonctionnement. On ne prend pas trop de risques. Mais elle peut aussi être majeure et dans ce cas la ré-écrire une bonne partie du programme. On ne sait pas si les mises à jour proposées sont mineures ou majeures. Je préconise donc, avant toute mise à jour, de faire une sauvegarde, un backup de son installation, ce qui permet, en cas de dysfonctionnement après la mise à jour, on peut faire machine arrière en restaurant son backup qu’on vient de faire précédemment.

  • Je veux ajouter une extension ou plugin sur ma box 

Je dirais toujours la même chose. Toujours de vérifier ce que l’on fait en amont. Vérifier que ce soit full compatible. Bien vérifier que ce soit compatible avec la version actuelle de la box.

  • Je veux couper l’alimentation de celle-ci

Il n’y a pas de problèmes spécifiques en coupant une alimentation si ce n’est le même que dans le domaine informatique. Si l’informatique embarquée est en train d’écrire au moment où il y a coupure d’électricité, il n’est pas sûr que les dernières lignes écrites étaient prises en compte. Quand on débranche son ordinateur de façon sauvage, 99 fois sur 100, l’ordinateur redémarre, sauf la fois où il est en train de travailler à ce moment. Sans même parler d’ordinateurs, on a ça sur les clés USB, on sait tous qu’il y a une méthode pour les éjecter proprement, on ne le fait pas tous et malheureusement, parfois, on plante définitivement sa clé USB parce qu’elle est en fonction au moment où on l’arrache.

  • Je veux déménager et veut migrer mon installation

Alors ça il n’y a pas de problèmes majeurs. L’installation domotique vous suit. Bon nombre d’utilisateurs les laissent parfois dans leur domicile et les revendent avec leur bien immobilier. Mais il n’y a pas de soucis, on peut tout à fait amener sa box et refaire sa configuration ou faire fonctionner sa configuration dans un autre site.

  • Mon installation commence à buguer ou ralentir

C’est une forme de dysfonctionnement. Une box peut ralentir car elle peut être amené à faire énormément de calculs. Je reprends le cas du délestage ou de la gestion de l’électricité solaire, ça nécessite un certain nombre de calculs mathématiques. Ce peut être nécessaire et suffisant à ralentir une box ponctuellement. Mais c’est souvent lié à un dysfonctionnement, c’est souvent le cas que je rencontre le plus, dans un scénario où il y a ce que l’on appelle une boucle. La personne crée un scénario qui tourne à l’infini sans jamais s’arrêter et ceci est bien souvent le motif du ralentissement. De manière générale, pour une installation que je connais, en l’occurrence avec le protocole Z-Wave, on peut aller jusqu’à 250 modules. Ça commence à faire quelques portes et fenêtres et quelques caméras. Jusqu’à 250 ça tourne à pleine vitesse avec des temps de réponses en ms. C’est donc souvent une mauvaise configuration. Soit on fait machine arrière en toute autonomie en rapatriant le backup qu’on avait fait précédemment et dans ces cas la, on retrouve la fonctionnalité, on refait différemment. Autre possibilité aussi, c’est de faire appel au support, parce qu’il y a parfois des problèmes techniques à certains ralentissements, nous avons nous-même rencontré le cas avec Jeedom avec Linux, nous sommes en train d’avancer et elle tourne déjà avec une image qui tourne avec le dernier Linux, 9 Stretch et nous constatons un taux de charge des boxs bien moindre avec Stretch qu’elles n’étaient avec Jessie.

7- Si je n’ai pas de connexion internet chez moi mais je souhaite tout de même gérer mon logement à distance, existe-t-il une solution ?

Il y en a 2. La première est avec un routeur 4G pour lequel on voit beaucoup de publicités, encore faut-il être couvert par le réseau GSM. Il reste une autre possibilité, en tout cas chez Jeedom mais qui est relativement restreinte, par rapport à la fonctionnalité de l’interface habituelle, où on peut communiquer avec l’installation pour des ordres simples par les SMS. On peut moyennant un abonnement à 2 euros voir gratuit chez un fournisseur, on peut dans ces cas la, par le réseau GSM, envoyer des ordres. Je prends par exemple un cas standard, une résidence secondaire. L’hiver et bien on peut, dès le vendredi matin, dire à l’installation par un SMS « Merci d’enclencher le chauffage », pour qu’on arrive le soir dans sa maison préalablement chauffée à 20°C. Je retrouve souvent ce cas pour des clients en France ou à l’étranger qui gèrent des ordres primaires. Cela concerne souvent du chauffage d’ailleurs. Un seul module va piloter le chauffage, le tout relié à une box et on envoie l’ordre par SMS à la box, d’actionner.

Smarthome Academy - Episode 11 : Comment bien utiliser une box domotique indépendante du cloud ?

Jeedom, une box domotique indépendante du cloud.

8- Que se passe-t-il si ma box tombe en panne ? Vais-je perdre toute ma configuration ?

Cela dépend de la panne. Je reprends le cas où je parlais du milieu informatique et de l’écriture informatique. Si elle tombe en panne au moment où elle est en train d’écrire un certain nombre de choses, on risque d’avoir une légère perte de données. Maintenant si elle tombe en panne parce qu’un élément interne est défaillant, dans ces cas la on peut perdre sa configuration sauf encore une fois, si on a fait un backup au préalable. Je reprends le cas de la box Jeedom, à chaque intervention, manipulation ou mise à jour, il est coché par défaut de faire un backup. Certains font un backup sur leur réseau, d’autres le laissent dans leur box et d’autres plus habitués, le font en local via une clé USB ou disque dur externe à la box domotique. Parce que si il y a un composant interne qui devient défaillant, on peut être amené à tout perdre.

9- Si mon installation est conséquente, ma box domotique indépendante du cloud pourra-t-elle toujours bien fonctionner ?

Aujourd’hui, la limite en domotique n’est pas liée à la taille de l’installation. J’ai parfois sur le support technique, des cas d’installations avec 3 modules et des problèmes et parfois je rentre dans des installations de plus de 200 modules sur lesquels il y a des petits détails comme la remontée de température qui ne se rafraîchit pas assez vite mais sinon tout fonctionne. Si même on veut avoir une installation plus conséquente, on peut avoir plus de boxs reliés entre elles. On n’est pas limité.

10- Si le fabricant d’une box domotique indépendante du cloud cesse son activité, pourrais-je toujours faire évoluer celle-ci ?

Dans le cadre de notre entreprise la réponse est oui sans difficulté. Mais ce n’est pas tant le cloud qui répond à cela, c’est plus les questions de licence. Toujours en faisant le parallèle avec le monde informatique, Microsoft, Windows, tout ça, c’est une licence, on paie, quand on achète un ordinateur une licence à Bill Gates pour utiliser le logiciel. Quand on utilise un MAC, de la même façon on paie à Apple une licence pour utiliser tout cela. Dans notre société, ce n’est pas le cas, on doit cela à Richard Stallman, qui a crée dans les années 80, l’Open Source. L’Open Source est souvent liée à des interprétations compliquées mais faisons simple, l’Open Source, on ne paie pas de licence. Cette licence d’exploitation, le système, est gratuit. Dans le cadre d’exploitation de Jeedom, c’est gratuit. Il est actuellement dans les mains de la communauté de Jeedom. Si demain la société disparaissait et que la communauté perdurait, toutes les évolutions et mises à jour seraient toujours en vigueur. A l’inverse, certains des grands fournisseurs informatiques s’étaient lancé dans la domotique, ils se sont arrêtés et leurs produits ne sont pas maintenus puisque tout ceci était sous licence et une fois que la société cesse l’activité, perte du logiciel, perte du système. Certains ne sont pas philanthropes et pour l’appât du gain se précipitent dans l’activité mais le domaine de la domotique c’est aussi du support, une structure… en prenant l’exemple d’Amazon, si on veut les contacter par téléphone, bon courage.

11- Pour finir, comment vois-tu la domotique du futur ?

Je la vois de plus en plus présente. Il y a 10 ans c’était destiné à une population d’élite fortunée qui sous-traitait toute cette prestation domotique. Aujourd’hui la domotique est arrivée chez les particuliers ne serait-ce que par les automatismes de garage. Et depuis environ 1 an on parle beaucoup des assistants vocaux, ce n’est pas l’avenir mais la réalité d’aujourd’hui où on peut dire d’ouvrir les volets, d’allumer la télévision, d’allumer les lumières, de lancer un scénario, tout ceci couplé à des systèmes de géolocalisation. La domotique d’avant-hier, on appuyait sur des boutons physiquement pour déclencher quelque chose, maintenant on a quasiment plus besoin de se servir de ses doigts, c’est à l’oral ou même encore par la géolocalisation. Voila la grande différence.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Passionné par la domotique, j'ai pu intégrer l'équipe Domadoo suite à l'obtention de mon BTS domotique, ce qui me permet ainsi de partager avec vous, chaque jour, mes connaissances et toutes les nouveautés sur ce domaine.

Les derniers commentaires sur la communauté à ce sujet

  1. Bonjour Bruno,
    Moi non plus, je ne vois pas le rapport…
    Et j’ai bien peur que malgré une communauté très importante, quand le moteur s’arrête… c’est tout qui s’arrête… Open Source ou pas…
    Je suis possesseur d’une box VERA, qui est une des rares à être indépendante du cloud. Et pourtant, de nombreux commentaire de cet article ne sont pas adaptés : Par exemple, les sauvegardes sont quotidiennes et automatiques (une version est envoyée de manière cryptée dans le cloud si on le souhaite, mais ce n’est pas obligatoire).
    A mon sens, que la box soit dépendante ou indépendant, il faut encore aujourd’hui quelques connaissances techniques pour se lancer dans la domotique.
    Sur Vera, les plugins sont validés par l’éditeur. Il n’est pas nécessaire de craindre un plantage de plugin, quelle que soit la version du logiciel de la box. Avantage à la box non open source dans ce cas :slight_smile: Il est bien important de ne pas mélanger OpenSource / et “indépendant du cloud”…

  2. Bonjour,
    Il s’agit en fait d’un “abus de langage”.
    Nous utilisons pour nos relations avec nos utilisateurs le terme de DNS pour ce qui est de la connexion distante (Domain Name Server).

    En réalité nous utilisons un VPN (Virtual Private Network. Réseau crypté et sécurisé.

    Merci pour votre intérêt à notre solution.

    Cdt

  3. Bonjour,

    La communauté étant composé de divers utilisateurs, comporte des geeks et autres développeurs.

    Le principe de l’open source permet de principe que notre solution soit maintenue par des utilisateurs maitrisant le codage.

    Le moteur a ainsi bien plus de chance de perdurer qu’un équivalent qui serait sous licence.

    Cdt

Continuer une discussion community.domadoo.com

1 en voir plus répondre

Participants