La domotique peut aujourd’hui améliorer la sécurité de votre logement en vous protégeant davantage contre les différents problèmes pouvant survenir dans celui-ci comme des inondations, incendies ou encore des intoxications. Johan, ayant réalisé de nombreuses interventions en tant que pompier, va nous partager son expérience, afin de mieux comprendre quelles sont les différentes solutions efficaces que nous pouvons mettre en place que ce soit lors de votre présence dans votre domicile mais également lors d’un départ en vacances.

1- Pour commencer ce nouvel épisode, peux-tu nous dire qui es-tu et quel est ton Background ?

Je m’appelle Johan, j’ai 34 ans, je suis le blogueur de Hotfirenet, celui-ci doit avoir une dizaine d’années d’existence et touche à tout ce qui est domotique et IT. Pour mon parcours professionnel, j’arrive d’une filière STI microtechnique et je suis parti avant la fin de mes études chez les pompiers de Paris. J’ai fait 11 ans là-bas et après je suis arrivé chez Domadoo, en 2016.

2- En quoi la domotique peut améliorer la sécurité de son foyer ?

La domotique c’est vaste, sur tout ce qui est sûreté, on va pouvoir améliorer la sécurité sur tout ce qui est éventuellement des risques d’incendie, d’inondation et tout ce qui peut être éventuellement des intoxications, notamment à cause du dioxyde de carbone.

3- Quelles sont les interventions les plus courantes que tu as pu réaliser chez des personnes ?

Ce qu’il faut savoir en terme de statistiques officielles, c’est qu’il y a plus de 4 millions d’interventions de pompiers et le plus gros secteur d’activité reste le secours à la personne représentant environ 73%, alors que les risques d’incendie représentent 6%. Ces chiffres officiels sont retrouvables sur le site du gouvernement.

4- Par rapport à ton expérience de pompier, quelles seraient les bonnes mesures à prendre pour éviter de faux appels ou fausses interventions ?

Pour tout ce qui est faux appels, ça va être difficile à éviter, après il y a des opérateurs qui font le travail chez les pompiers. Pour tout ce qui est fausses interventions, il n’y a qu’en se rendant sur place qu’on constate si c’est une vraie ou fausse intervention. Une fausse intervention, typiquement ce que l’on voit depuis la réglementation qui est passée en 2015 il me semble sur l’obligation des détecteurs autonomes de fumée, il était indiqué que les piles ont une durée de vie de 10 ans, et ce n’est pas forcément le cas donc le DAAF va commencer à sonner et les voisins vont s’inquiéter dans un milieu citadin, dans un immeuble. Ceux-ci pensent qu’il y a le feu donc ils nous appellent et nous on constate sur place qu’il n’y a pas de feu et c’est juste le  détecteur de fumée qui indique ne plus avoir de batterie. D’ailleurs, la sonnerie est différente à celle d’une alerte de fumée.

5- La domotique peut-elle être utilisée pour les pompiers ?

Oui complètement ! La domotique, moi j’ai toujours connu, ça fait 11 ans et bien avant ils avaient de la domotique. C’est pas la domotique qu’on connaît, c’est fait avec des automates, c’est un peu plus industriel on va dire mais c’est utilisé depuis plus de 20 ans. Par exemple, ça servait lors d’un appel, quand une intervention arrive dans la caserne, ça déclenche automatiquement une sonnerie de feu. Il s’agit d’un code en fonction du motif de départ. Automatiquement ça va allumer les lumières de la chambre, de l’équipage, pour les réveiller un peu plus en plus de la sonnerie de feu et ensuite ouvrir les portes de la remise et éventuellement le portail si il y a.

6- Quels sont les risques liés au monoxyde de carbone ?

C’est un gaz asphyxiant très toxique qui une fois absorbé peut tuer en quelques minutes. Il est invisible, inodore et incolore, ça provient d’une combustion incomplète. Typiquement une chaudière mal entretenue, mal ventilée, la combustion ne va pas se faire complètement et ça va donc générer du monoxyde de carbone. Au niveau des symptômes, ça va se ressentir par des malaises, des maux de tête, une vision floutée, des nausées, des vomissements et une confusion mentale. En fonction de la concentration qu’il va y avoir dans la pièce, à 0.1% de CO dans l’air, ça tue en 1 heure, en 1% de CO dans l’air, ça tue en 15 minutes et 10%, c’est une mort instantanée. C’est pour ça qu’il y a des détecteurs qui existent aujourd’hui et qui sont absolument nécessaires.

7- Penses-tu que la domotique permet de réduire le risque de dégâts majeurs chez soi ?

Oui, totalement. Le cas d’un détecteur de fumée, c’est une des premières choses, qu’il soit connecté ou pas, ça va permettre de prévenir la naissance d’un feu et d’alerter dans la foulée si il y a des occupants dans la maison. Avec la domotique, ce détecteur préviendra directement sur votre téléphone, par exemple, qu’il y a un départ naissant d’incendie, donc ça permet de réduire le risque.

On n’y pense pas mais l’eau fait aussi des dégâts. Le dégât des eaux, c’est catastrophique mais ça peut être détecté par un capteur bien placé. Celui-ci peut améliorer la sécurité de votre logement si vous le mettez sous votre robinet ou machine à laver, là où il y a des points d’eau, ça vous préviendra dès le début qu’il y a un risque de fuite. Après on peut aller plus loin en mettant des compteurs à impulsion et à surveiller, superviser, la consommation d’eau.

Voici un détecteur d’inondation qui permet d’améliorer la sécurité de son domicile en prévenant dès la détection d’eau.

8- En quoi la domotique peut-elle être utile pour les personnes âgées ?

C’est un gros sujet et pour moi, la domotique peut être utile à mon sens pour les personnes âgées. Mais il faut que ça soit transparent. Il faut que la personne soit habituée à voir une tablette, à être un peu dans la technique. En plus de ça, on pourrait mettre un Panic Button ou un bracelet avec un accéléromètre qui permet éventuellement de détecter une chute. C’est sympa, mais le problème est que la personne va se sentir diminuée et va refuser de le mettre, donc il faudra trouver le juste milieu.

9- Cela vous permettrait-il d’intervenir plus rapidement ?

Plus rapidement je ne pense pas car la télé-alarme existe déjà donc on intervient déjà rapidement. En milieu citadin on est à moins de 7 minutes, en milieu rural c’est un peu plus, mais je ne pense pas que ça permettrait d’intervenir plus rapidement.

10- Pour résumer, quels sont les dispositifs que tu conseilles ?

J’ai envie de dire, tout ce qui touche au feu, gaz et électricité. Un détecteur de fumée, un détecteur d’inondation et un détecteur de monoxyde de carbone, ce sont des périphériques plus que vitaux. Pour les Panic Button ou bracelet avec bouton d’urgence, il faut que la personne adhère au système et c’est ce qu’il y a de plus difficile.

11- Ceux-ci sont-ils fiables ?

Oui, sinon ils ne seraient pas vendus. Le seul truc que je vais par exemple reprocher aux détecteurs de fumée, c’est de ne pas arriver à faire un pseudo SSI (système de sécurité incendie), par exemple, j’ai 3 niveaux chez moi, si j’ai une détection d’incendie dans le garage, je peux pas faire sonner les détecteurs du niveau supérieur, je parle des détecteurs Fibaro, il me semble pas avoir vu cette fonction sur Nest également. Après il y a des détecteurs inter-connectés et c’est plus dans ce sens qu’il faudrait partir, car si il y a un feu dans le garage, j’aimerais bien être prévenu à N+1 ou N+2, en me disant qu’il y a le feu à cet endroit. Etant donné que je n’ai pas toujours le téléphone à côté, ce serait pour moi une option indispensable. Après, en terme de fiabilité, c’est du matos, le risque zéro n’existe pas. Il faut bien placer ces détecteurs également, car la préconisation est d’en mettre un par pièce de vie ou pièce de passage mais moi j’ai fait le choix d’en mettre un par chambre car si la porte est fermée et qu’il y a un départ de feu, vu que la fumée monte, avant qu’elle passe à travers la porte, la détection de fumée ne se fera que tardivement et si il y avait quelqu’un dans la pièce, malheureusement ça tournera au drame.

12- Que conseilles-tu de mettre en place afin d’améliorer la sécurité de son domicile lors de son absence ?

Pour améliorer la sécurité lors de son absence, c’est pareil que quand on est à la maison. Il faut être alerté dès la naissance d’un événement. La naissance du feu, d’une combustion complète ou encore d’une fuite d’eau, l’intérêt de passer par un système domotique ou d’utiliser un objet connecté comme un détecteur Nest qui sont reliés à des serveurs et qui viennent balancer l’information. On peut donc être alerté par internet mais aussi par SMS ou système plus bas niveau comme des réseaux de données Sigfox ou LoRa.

13- As-tu déjà réalisé des interventions pouvant être évitées à cause d’une mauvaise configuration d’une installation domotique ?

La domotique, même si ça fait 20 ans que ça existe, c’est pas encore commun dans les maisons et ce n’est pas encore démocratisé. Donc dire qu’on a fait des interventions à ce sujet : non. La seule chose pour laquelle on fait des interventions et qui pourraient être évitées, c’est la maintenance des détecteurs autonomes de fumée. J’insiste la dessus, mais ça fait partie des interventions qu’on fait le plus.

14- Quelles sont les précautions à prendre avant de partir en vacances ?

C’est de la logique. Mon père je l’ai toujours vu couper l’eau, l’électricité et le gaz avant de partir. Ces mesures permettent à elles toutes seules de pouvoir améliorer la sécurité de son domicile. Si vous avez un congélateur, vous n’allez pas couper la totalité du compteur, vous allez zoner en coupant telle ou telle rangée. Maintenant avec la domotique, c’est difficile à faire, derrière il y a de l’informatique, par exemple avec un GreenIQ on peut zoner un arrosage de jardin et donc ne pas demander à un voisin de venir arroser. Donc l’idée serait plutôt de superviser si il y a des consommations anormales et de laisser le strict minimum ouvert. Vous n’avez probablement pas besoin du gaz, vous pouvez le couper. L’eau, vous pouvez zoner.

15- Filaire, sans fil, que choisir pour mon installation domotique ?

Moi, ma vision, c’est le maximum de choses filaires et le minimum de choses sans fils. Maintenant, il faut quand même bien reconnaître que le sans fil, ça reste pratique.

16- Si j’opte pour l’option du sans fil, n’y a-t-il pas de risques de perte de signal ?

Si c’est la question d’un incendie, est-ce que mon détecteur pourra toujours communiquer avec les autres, normalement je crois que ça passe suffisamment bien pour alerter mais à mon avis, si il y a trop de fumée, c’est que le détecteur n’a pas fait le travail avant et il y a surement un autre soucis et malheureusement ce sera peut-être trop tard. Il y a des bombes qui permettent de tester les détecteurs de fumée.

Exemple de dispositif pour améliorer la sécurité chez soi et prévenir lors d’une détection d’un incendie.

Pour le monoxyde de carbone ça va être plus difficile, j’ai pas trop de solutions. Pour le détecteur de fumée et détecteur d’eau, vous pouvez faire un test. Il faut également vérifier que la connexion internet fonctionne. Prévoir un petit backup, onduleur et clé 4G.

17- De même, que se passe-t-il si il y a une coupure de courant durant mes vacances, mon installation devient-elle inutile ?

Il y a l’onduleur qui est censé pallier une vingtaine de minutes, tout ce qui concerne les détecteurs, ceux-ci seront sur piles donc ça ne posera aucun problème mais tu ne seras pas alerté sauf si tu as des détecteurs de fumée qui sont par exemple en Sigfox qui eux sont autonomes et n’ont pas besoin d’une passerelle domotique pour communiquer vers l’extérieur.

Pour résumer, pour améliorer la sécurité chez soi, il faut bien s’équiper avec un détecteur de fumée, si vous avez une cheminée, un poêle ou une cuisinière, avoir un détecteur de monoxyde de carbone. Un détecteur de fuite d’eau, ce n’est pas un luxe car non seulement ça nous évite des dégâts majeurs mais aussi des dégâts chez les voisins habitant en dessous si vous êtes en appartement. J’ai déjà vu des interventions sur 2 ou 3 niveaux car les personnes étaient parties et ça avait coulé sur 3 appartements. Après, penser à ne pas faire tourner les machines à laver quand on part, les sèches-linges, les robots et ainsi de suite car la plupart des feux restent d’origine électrique donc le faire quand vous êtes là. Pareil, pas laisser des casseroles, pas laisser le four ouvert. C’est cliché mais c’est la réalité qui se produit encore au quotidien. Pour finir, si vous avez une installation domotique, c’est de bien backuper, comme avoir un onduleur, une clé 4G de secours ou d’avoir une passerelle intermédiaire en LoRa. Malheureusement un domicile devient comme une entreprise en ayant une solution informatique avec des backups derrière, ce qui est une contrainte tant financière que de mise en place.

Liens utiles sur :

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Titulaire d'un BTS domotique ainsi que d'une Licence professionnelle en web marketing et communication, mon objectif est de vous partager mon expérience au sujet du logement connecté et ainsi, vous accompagner au mieux dans vos recherches.

Les derniers commentaires sur la communauté à ce sujet

  1. Je rejoins la remarque d’ @Hotfirenet sur la débilité de la non mise en réseau des détecteurs. C’est pour cela que du coup, j’ai acheté des alarmes zwave lambda située au R+1 et RdC qui rebalance les alertes situées dans le garage : incendie au dessus du compteur et voie d’eau a coté du ballon d’eau chaude.

Continuer une discussion community.domadoo.com

Participants