Lors du salon Innorobo qui s’est tenu à Lyon en début de mois, nous avons eu l’occasion de découvrir la société Still Human, qui veut concevoir des « cyborgs végétaux ». L’un de ses projets arrive dans une campagne Kickstarter.

A Innorobo, nous avons été interpellé par cette drôle de roue / pot de fleur:still_human_d4

Découvrez SmartHome Europe !

Nous n’en sommes pas à notre premier pot de fleur connecté, puisque nous avions découvert Meg lors du CES à Las Vegas. Mais celui présenté par Still Human a quelque chose de beaucoup plus « futuriste », car il se veut intelligent. Le terme Cyborg Végétal est plutot bien approprié, puisque le but est de donner de l’intelligence et de la mobilité aux plantes, grâce au projet « Ga.ia ». Grâce à ses différents capteurs, il est capable de mesurer la luminosité, la température, et le taux d’humidité de la terre. Si l’un des paramètres est inférieur à la normale, ce pot de fleur intelligent se déplacera à l’endroit qu’il faut pour donner plus de luminosité à la plante, l’emmener à un endroit moins froid, et pourquoi pas sortir carrément de la maison s’il pleut, histoire de l’arroser !

still_human_d2

D’ailleurs, pour l’arrosage, un réservoir d’eau est disponible, mais les concepteurs espèrent réussir à utiliser l’humidité de l’air pour apporter l’humidité nécessaire à la plante par exemple, ou permettre à la plante de sortir automatiquement dehors. Ainsi, il serait peut être même possible de se passer de réservoir. Le projet est vraiment original !

still_human_d1

Mais Ga.ia sera la prochaine étape, pour 2016. Pour le moment la société espère démarrer avec quelque chose de plus simple, et plus abordable, « Biom », qui vient d’être lancé en campagne de financement participatif sur Kickstarter. Biom, c’est cette petite sphère:

still_human_d3Vous connaissez les objets connectés Parrot ou Koubachi, qui analysent la luminosité, la température, et le taux d’humidité, pour vous prévenir en cas de manque en fonction de la plante qu’ils surveillent ? Et bien c’est à peu près ce que propose Biom, mais tout intégré dans son pot. Biom ne se présente pas comme un accessoire ajouté à la plante, mais bien comme un compagnon qui vient fusionner avec pour lui donner de l’intelligence.
Biom se veut très simple d’utilisation: vous installez la pile et vous posez votre Biom sur la balustrade ou sur une table (sa forme lui permet de se positionner directement sur une balustrade de 3 à 6cm de largeur). Il suffit ensuite de télécharger l’application sur votre smartphone, puis créer le profil de votre plante. Une base de données permettra de choisir la plante que Biom contiendra. Vous pouvez lier l’application avec votre réseau wifi. Désormais, votre plante vous signalera tout problème ou besoin. Pour tout cela Biom utilise une pile, donnée pour l’instant pour une autonomie de 6 mois à 1 an, les derniers réglages devant permettre d’affiner cela.

797a7834de1bc447f663ddd43c578746_original

Biom peut signaler quatre informations différentes: l’humidité de la terre, la température de celle ci ainsi que de l’extérieur, la richesse de la terre et enfin la lumière du soleil.  4 informations = 4 messages de la diode, bleu pour l’humidité, rouge pour la température, vert pour l’engrais et jaune pour le soleil. Cette petite diode de couleur permet de voir d’un seul coup d’oeil si la plante a un besoin. Rapide et efficace, Biom parle pour la plante.

Le besoin de la plante sera également visible dans l’application smartphone, qui pourra gérer plusieurs Biom.

e9d76a6b2409c3e154f10f12434a65f7_original

Biom sera normalement commercialisé 50€, mais pour les plus rapides, il est possible de l’acheter à 30€ en participant à la campagne Kickstarter. Livraison prévue en mai 2016, pile pour le retour des beaux jours (normalement 😉

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Geek dans l'âme, j'ai découvert la domotique il y a une quinzaine d'années avec les premiers modules X10 et le logiciel Homeseer. Puis arrivèrent les box domotiques, le Z-Wave, et ma construction où j'ai pu installer un système domotique complet moi même: depuis ce domaine est devenu une véritable passion, que je partage chaque jour dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

Laisser une réponse