Ce qui est intéressant dans l’univers de la domotique et des objets connectés c’est de pouvoir personnaliser une installation en fonction de son imagination. Même si la gestion de notre chauffage ou encore des ouvrants ou de l’éclairage sont des aspects prédominants, d’autres éléments peuvent devenir intelligents. C’est le cas du poulailler connecté mis en place par Matthieu. Il nous décrit son installation afin d’en savoir plus à ce sujet.

Pour information, cet épisode a été retranscrit en audio grâce aux réponses écrites fournies par Matthieu.

1- Pour débuter ce nouvel épisode, peux-tu nous décrire qui tu es et quel est ton background ?

Bonjour. Tout d’abord merci de m’avoir sollicité pour une interview. Je suis ingénieur sécurité dans le secteur bancaire et père de 3 jeunes enfants. 

J’ai toujours été intéressé par l’informatique, et j’ai eu la chance de pouvoir en faire mon métier. Plus récemment, je me suis intéressé à la domotique, avec la solution Jeedom. D’abord avec un objectif très simple : centraliser mes capteurs de température Xiaomi. Puis j’ai progressivement ajouté de nouvelles fonctionnalités.

2- A quoi sert un poulailler connecté ?   

Nous avons eu la chance de pouvoir acheter il y a quelques années une maison avec un bout de terrain, et j’ai finalement réussi à convaincre madame d’avoir quelques poules.

Je viens de Normandie, et mes parents ont toujours eu des poules. Je voulais naturellement offrir à mes enfants un peu de campagne dans la ville. Mais je voulais limiter les corvées inhérentes à l’élevage de poules. Nous vivons en périphérie d’une ville, avec la forêt à côté et donc potentiellement des renards…ce qui impose d’enfermer les poules toutes les nuits. Et ce qui est déjà très contraignant lorsqu’on est présent devient franchement difficile pour les voisins quand on est parti en vacances.

L’objectif de mon projet était donc d’automatiser cette contrainte.

3- Quels sont les dispositifs que tu as mis en place ?

Il existait une solution toute simple pour corriger ce problème : on peut trouver pour une centaine d’euros des solutions clé en main pour fermer et ouvrir automatiquement la porte du poulailler (ChickenGuard par exemple). Elles utilisent toute un système similaire : un rail vertical de chaque côté de la porte et une ficelle qui permet via des poulies de soulever ou descendre la porte. Mais toutes ces solutions avaient beaucoup d’inconvénients :

  • La commande de la porte se base soit sur une heure fixe, soit sur la luminosité. Les poules se couchent peu de temps avant le coucher de soleil et souhaitent sortir dès les premières lueurs du soleil. Donc à moins de changer l’heure de déclenchement toutes les semaines pour se caler sur les horaires du soleil, la porte risque de se fermer trop tôt ou trop tard et donc potentiellement soit bloquer des poules dehors ou permettre à un prédateur de rentrer alors qu’il fait déjà nuit. L’autre solution est le capteur de luminosité, qui permet de suivre les horaires du soleil mais je n’ai pas souhaité utiliser ce système car j’avais peur de déclenchements intempestifs, par exemple lors d’un orage en journée, qui baisse beaucoup la luminosité ou à l’inverse de déclencher une ouverture à cause des éclairs la nuit.
  • Il n’y a aucune remontée d’informations, aucun moyen de savoir si le dispositif fonctionne correctement.
  • Il n’est pas possible de piloter la porte à distance.
  • Le prix me semblait excessif par rapport au service rendu.

J’ai donc fait des recherches et découvert que beaucoup de personnes avaient déjà travaillé sur le sujet et bien que personne n’ait fait le même type de système, j’ai pu récupérer des briques à gauche à droite pour construire mon projet.

Je suis parti sur un Rapsberry Pi 0w pour le « cerveau ». Il est raccordé en wifi à mon réseau interne. 

Un serveur Apache permet de déclencher manuellement la commande de la porte depuis Jeedom

L’ouverture et la fermeture de la porte sont automatiquement appelés par le programme « sunwait », qui permet d’exécuter des programmes en fonction des horaires du soleil et des coordonnées GPS.

Via un peu de code python, un « pont en H » (j’ignorais ce que c’était avant ce projet) est piloté via les ports GPIO du Raspberry Pi, ce qui permet d’alimenter dans un sens ou l’autre un moteur avec réducteur de vitesse, ce qui lui donne à la fois de la puissance pour soulever la porte et de la lenteur pour éviter de décapiter les poules lors de la fermeture !

Pour la porte, j’ai acheté une trappe + rails normalement destinés aux produits ChickenGuard ou autres.

Pour alimenter le poulailler, j’ai opté pour du 12V, tiré depuis le garage sur environ 10 mètres. Le moteur est directement alimenté en 12V via le pont en H, et le Raspberry est alimenté en 5V via un transformateur 12V => USB 5V

Un système de diodes et de capteur de fin de butée permet d’arrêter automatiquement la porte une fois qu’elle est en position haute.

Enfin le poulailler est surveillé par deux caméras : un module cam sur le Raspberry pour filmer l’intérieur du nichoir et une caméra extérieure Wanscam pour surveiller l’enclos du poulailler.

J’ai également un capteur d’ouverture placé sur la trappe donnant accès aux œufs et je reçois automatiquement une photo via la caméra extérieure quand quelqu’un récupère les œufs.

4- Surveilles-tu des informations de ton poulailler comme la lumière, humidité ou température ?

Oui : grâce à un capteur Xiaomi, la température et l’humidité sont remontées sur Jeedom et déclenchent des alertes si la température est très haute ou très basse.

5- Quel est l’intérêt de récupérer ces informations ?

L’intérêt reste faible, car si le poulailler est trop chaud ou trop froid, mes possibilités d’actions sont assez limitées. Mais cela peut permettre d’anticiper un coup de chaud ou le gel de l’eau…

6- Quelle est l’utilité d’avoir une caméra dans ce poulailler ?

La caméra permet de contrôler à distance que les trois poules sont bien rentrées avant la fermeture de la porte. Associée au contrôle à distance de la porte, cela permet d’intervenir à distance.

7- Est-il possible de connaître le niveau de graines et d’eau disponibles dans le poulailler ?

Théoriquement c’est possible. Mais je ne suis pas convaincu de l’intérêt de le domotiser compte tenu du temps qu’il faudrait y passer : une fois par semaine, je change la paille, l’eau et remet des graines. J’ai suffisamment d’abreuvoir pour être sûr que les poules ne manqueront pas d’eau, même lors de canicules. Et pareil pour les graines.

Et il ne faut pas oublier un des plaisirs à avoir un poulailler : avoir des œufs frais chaque jour et il est alors facile de faire un contrôle visuel du mangeoire et des abreuvoirs au passage.

8- Existe-t-il une méthode pour être alerté pour le changement de paille ?

La paille doit être renouvelée toutes les semaines. Donc il n’y a pas d’intérêt à gérer une alerte.

9- Es-tu alerté en cas de gel de l’eau ?

J’ai une alerte en cas de température négative. Mais n’ayant des poules que depuis 6 mois, je n’ai pas encore été confronté à l’hiver. Je ne sais pas encore comment je gérerai ce problème de façon « domotisé ».

10- Combien de temps estimes-tu avoir gagné grâce à ce poulailler connecté ?

Pour l’instant, je pense que j’ai plus perdu de temps que gagné ! ☺

Mais cela m’enlève une énorme contrainte : devoir matin et soir ouvrir et fermer le poulailler, sans jamais oublier. Et cela permet de partir en vacances sereinement : mes voisins n’ont pas non plus à le faire.

11- Les poules sont-elles plus heureuses grâce à ce poulailler connecté ?

Honnêtement, je pense qu’elles n’en ont rien à faire… Aucun renard ne les a encore attaqué (et pourtant ma caméra extérieur montre des visites très régulières d’un renard malgré le grillage de l’enclos) et elles peuvent gambader librement aux premières lueurs du soleil. Donc ça ne les a pas rendues malheureuses en tout cas !

12- Si les poules ne sont pas surveillées, reviennent-elles systématiquement dans le poulailler ?

Les poules sont très routinières. A part la première nuit où j’ai dû les pousser un peu pour qu’elles dorment dans la partie nichoir du poulailler, il ne s’est pas passé un seul soir où elles n’étaient pas rentrées avant le coucher du soleil. Il n’y a donc jamais eu de poules bloquées dehors.

13- Conseilles-tu l’automatisation de la porte du poulailler, afin qu’elle s’ouvre et se ferme automatiquement ?

Absolument. Via une solution clé en main avec détecteur de luminosité si vous ne voulez pas y passer trop de temps. Mais sinon je serai ravi d’aider en indiquant le matériel utilisé et en fournissant le code source.

14- Quel est le pourcentage estimé, de tes déchets alimentaires récupérés par tes poules ?

On ne peut pas donner tous les déchets alimentaires aux poules. Par exemple les épluchures de pommes de terre sont toxiques pour elles et d’autres épluchures sont aussi à éviter (agrumes, …).

En revanche, pour peu que les restes de repas ne soient pas trop salés ou épicés, les poules en raffolent. Par principe, j’évite toutefois de leur donner des restes de volailles.

La répartition poulailler/composteur/poubelle doit être approximativement de 60/30/10.

15- Quel est le budget pour avoir obtenu ton poulailler connecté ?

J’estime le coût total (incluant les deux caméras) à environ 150€.

Et je suis en train de me constituer un stock de pièces détachées pour pallier une éventuelle panne d’un des composants électriques (car acheté sur un site chinois, avec le délai de livraison qui va avec) : moteur, pont en H et transfo 12V -> 5V pour 10€.

Et pour info, le poulailler m’a coûté 131€, en solde chez Truffaut, le grillage 200€ et les poules 60€ les 3.

16- Est-ce simple de mettre en place une solution domotique pour rendre son poulailler connecté ?

Tout dépend l’intérêt qu’on y porte. J’avais un but et j’ai réussi à l’atteindre à force de recherches, réflexions et expérimentations. Et chaque progression était gratifiante.

Comme indiqué plus haut, si on ne souhaite pas y consacrer trop de temps, une solution clé en main, bien que moins performante, est mieux que rien.

17- En plus d’avoir le contrôle de ton poulailler, que te permet de faire cette box domotique que tu utilises au quotidien ?

Comme beaucoup j’ai commencé avec Jeedom sur un Raspberry. Puis alors que je capitalisais de plus en plus dessus, j’ai décidé de fiabiliser le système en l’installant sur un NUC acheté d’occasion (SSD 256Go, 8Go de RAM, core i5, pour 110€), et en ajoutant un onduleur.

J’ai acheté la clé Zigate, qui permet de remplacer la gateway Xiaomi et éviter toute remontée d’information vers la Chine et j’ai maintenant 29 modules zigbee (11 capteurs de température, 10 capteurs d’ouverture, 1 capteur de présence, 3 capteurs de fuite d’eau, 1 détecteur de fumée, un bouton, 2 prises connectées Osram).

Ainsi je peux surveiller la température de toute la maison ainsi que de l’extérieur et compléter mon alarme standard non connectée par une alarme silencieuse basée sur les capteurs d’ouverture. L’alarme s’active automatiquement lorsque ma femme et moi sommes absents (détecté via la perte de signal des boîtiers bluetooth NUT Mini que nous avons dans le portefeuille) et je suis prévenu d’une intrusion via l’application Pushover de mon smartphone.

Enfin, je suis en train de rendre encore un peu plus utile Jeedom puisque je suis en train d’installer 10 modules Qubino Z-Wave sur les fils pilotes de mes radiateurs électriques, pour pouvoir piloter intelligemment la température de mes radiateurs et faire des économies de chauffage.

18- Pour finir, peux-tu nous décrire des informations utiles te concernant ?

Un article avait été fait sur mon projet sur le site ladomotiquepourtous : https://www.ladomotiquepourtous.fr/20180424/poulailler-connecte.html

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Titulaire d'un BTS domotique ainsi que d'une Licence professionnelle en web marketing et communication, mon objectif est de vous partager mon expérience au sujet du logement connecté et ainsi, vous accompagner au mieux dans vos recherches.

Commencer une discussion community.domadoo.com