Un habitat social numérique connecté offre 3 bénéfices, l’aide à la maitrise des charges, la sécurité du logement et le confort des occupants.

Pour débuter ce nouvel épisode, décris-nous qui tu es et quel est ton background ?

Je travaille pour le bailleur social Les Résidences Yvelines Essonne où je suis en charge de la politique innovation.

Notre objectif est de proposer aux locataires de nos  plus de 30 000 logements des lieux de vie modernes et confortables. Le logement connecté nous semble en être un bon exemple c’est pour cela que nous allons le déployer dans l’ensemble de nos opérations. L’habitat social se doit d’être un logement de qualité en avance sur son temps pour être attractif et pérenne.

Quel est l’intérêt d’un habitat social numérique connecté ?

Découvrez SmartHome Europe !

Un habitat social numérique connecté présente de nombreux intérêts. C’est vrai que nous l’étudions avec un regard un peu différent en tant que bailleur social. Pour nous il répondre à trois grands impératifs. L’aide à la maitrise des charges, la sécurité du logement et le confort des occupants. C’est avec ces axes que nous avons construit l’ensemble de notre stratégie connectée pour limiter les effets gadgets ou les  équipements qui ne répondent pas aux priorités de nos locataires.

Combien de logements sont concernés par cette évolution ?

Comme je vous le disais l’objectif que nous portons est d’équiper 100% de nos opérations, cela signifie les constructions neuves, les réhabilitations et même les remises en location entre deux baux. Nous visons donc entre 3000 et 5000 logements par an.

habitat social numerique connecte

Qu’avez-vous mis en place en termes de sécurité ?

La sécurité des biens et des occupants est une priorité pour nous. Aujourd’hui nous prévoyons d’équiper les logements en capteurs de fumée connectés qui peuvent alerter à distance en cas d’alerte en plus du signal sonore dans le logement. Nous menons actuellement une réflexion pour y ajouter des capteurs de fuite pour réduire les sinistres liés aux dégâts des eaux.

Est-il possible de réaliser des économies d’énergie grâce à cette domotique ?

C’est notre premier objectif, donner des outils supplémentaires aux locataires pour les aider à maitriser leurs charges. Nous déployons donc différents objets connectés pour permettre aux locataires d’obtenir une estimation de leurs consommations et de leurs factures à venir. Nous allons également déployer des solutions de gestion du chauffage connecté pour qu’il soit piloté au plus juste des besoins des logements. Il est difficile aujourd’hui de quantifier les économies qui seront réalisées parce qu’il y a plusieurs facteurs qui rentrent en compte mais nous mettons tout en œuvre pour donner toutes les clefs aux locataires.

Que proposez-vous pour un logement plus confortable ?

Sur le sujet du confort nous travaillons sur des éléments type domotique comme de la gestion de prises commandées ou le suivi de la température. Certains logements seront également équipés de volets roulant connectés. Surtout nous mettons en œuvre une architecture ouverte, libre aux locataires qui le souhaiteront d’ajouter des équipements au fur et à mesure.

Quels sont les automatismes prévus dans cet habitat social numérique connecté ?

Dans cet habitat social numérique connecté, nous restons sur des fonctions assez classiques, il est possible passer le logement en mode absent pour réduire les consommations. Nous proposerons des services au fur et à mesure comme les alertes anti-intrusion, l’intégration des assistants vocaux ou des scénarios spécifiques pour les personnes âgées.

Est-ce simple d’utilisation ?

C’est  l’une de nos priorités avec la sécurité des données. Nous avons pour but que l’ensemble des installations soit très simple d’utilisation et accessible à tous. Qu’il y ait ou non internet dans le logement, que vous soyez ou non équipé d’un smartphone ou non ; les logements connectés garderont des fonctions intéressantes pour tous grâce aux actionneurs physiques.

Nos données personnelles sont-elles sécurisées ?

Nous allons bien sur répondre aux impératifs fixés par les textes et institutions sur le sujet des données personnelles. Mais nous souhaitons aller aussi un peu plus loin en mettant en œuvre des solutions de stockage et d’utilisation des données des logements localement dans chaque logement.  Ce sont les locataires qui sont donc les seuls utilisateurs de leurs données.

Avez-vous également mis en place de l’intelligence dans le hall/parties communes ?

Pas encore, cela fait partie de nos chantiers à venir. Nos regardons cela de très prêt et avons commencé quelques expérimentations.

Quels sont vos prochains projets prévus au sujet de l’habitat social numérique connecté ?

Les sujets de bâtiments connectés sont dans notre roadmap comme je vous le disais. Il y a également le sujet des nouveaux usages et comment proposer de nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure. Nous voyons le logement connecté comme  un service qui doit rester pertinent dans le temps et donc suivre ce qui se fait pour toujours proposer un produit innovant et surtout utile.

Pour finir, as-tu des informations utiles à nous transmettre ?

En cette période je commencerais par indiquer aux gens de rester chez eux, pourquoi pas en lisant les articles de Domadoo.

Concernant Les Résidences Yvelines Essonne, j’ajouterai simplement que nous souhaitons avoir une stratégie d’innovation ouverte ambitieuse. Nous avons notamment ouvert un incubateur de start-up en février dernier. Si une entreprise jeune ou moins jeune souhaite rejoindre le mouvement qu’elle nous contacte avec grand plaisir.

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Titulaire d'un BTS domotique ainsi que d'une Licence professionnelle en web marketing et communication, mon objectif est de vous partager mon expérience au sujet du logement connecté et ainsi, vous accompagner au mieux dans vos recherches.