Pour ce premier épisode, j’ai l’opportunité d’avoir Cédric Locqueneux en invité. Il est l’auteur du blog de référence de la domotique « Maison et domotique » et a même rédigé un livre intitulé « Le guide de la maison et des objets connectés » disponible sur la boutique de DomadooIl va donc nous apporter son expertise en nous donnant sa définition de la domotique et ses meilleurs conseils pour bien démarrer.

« Pourquoi avoir créé cette série de podcasts Smarthome Academy ? Titulaire d’un BTS Domotique, lorsque j’ai débuté en 2010, il n’y avait pas autant d’informations qu’aujourd’hui au sujet de la domotique, la maison intelligente. Actuellement, il y a même une saturation d’informations et il est difficile de trier celles étant pertinentes. C’est pour cette raison que j’ai décidé de lancer Smarthome Academy, qui réunira les différents acteurs de ce milieu afin d’avoir des informations de qualité et d’avoir différents points de vue. J’ai opté pour le format audio car nous n’avons pas forcément le temps de lire ou visualiser du contenu en ligne en permanence et en parallèle, nous avons du temps libre durant notre trajet au travail en voiture ou en transport en commun. Le format audio nous permet donc de s’informer durant ces moments, sur la domotique. Vous pouvez également lire cette interview à volonté, grâce à un article publié chaque semaine sur notre blog ».

1- Explique-nous qui est Cédric Locqueneux et quel est ton Background ?

J’ai aujourd’hui 38 ans, marié, et papa de 3 enfants. A l’origine, je ne suis pas du tout du domaine de la domotique, puisque j’ai fait des études financières, et que j’ai été pendant plusieurs années contrôleur de gestion. Ma carrière a ensuite bifurqué pour devenir responsable informatique. En parallèle, j’ai toujours été attiré par les nouvelles technologies, et j’ai été parmi les premiers à avoir les nouveautés, quand le budget me le permettait bien sûr. Baladeur MP3, stylo appareil photo, montre talkie walkie. Aujourd’hui, cela peut faire sourire, mais il y a près de 20 ans, c’était révolutionnaire 

J’avais d’ailleurs lancé un petit blog, « Geek France » où je publiais mes tests de produits. Un jour, j’ai découvert qu’on pouvait piloter sa maison, via son téléphone, en envoyant des SMS, puisque les smartphones n’existaient pas encore. Ça a été une petite révolution pour mon côté geek ! Je suis devenu accro au forum de Toute La Domotique (merci David), qui était l’une des seules sources d’infos à ce sujet en France. Et je me suis vite mis à piloter l’appartement que j’avais en location grâce au X10, le protocole domotique qui était dispo à l’époque, et Homeseer, un logiciel qu’on installait sur un ordinateur.

Quelques années plus tard j’ai pu faire construire. L’installation domotique par un professionnel étant hors budget, je me suis donné pour objectif de l’installer moi même, avec les autres travaux qui restaient à ma charge dans la maison. C’est là qu’est né le site Maison et Domotique, pour suivre l’avancement des travaux et de l’installation domotique. Très vite des fabricants et des boutiques, comme Domadoo, sont devenus partenaires du blog en me prêtant du matériel à tester pour que j’en parle sur le site. 10 ans plus tard, le blog est devenu le magazine de la domotique qu’on connaît aujourd’hui, avec près de 500 000 visiteurs par mois.

2- Peux-tu nous donner ta propre définition de la domotique ?

Longtemps, la domotique a juste été synonyme d’automatisme. C’est encore le cas aujourd’hui : certains professionnels qui savent tout juste installer un automatisme de portail disent qu’ils font de la domotique. Mais depuis 30 ans, ce domaine a bien évolué, et je dirai qu’aujourd’hui, ma définition de la domotique, c’est avoir une maison communicante, une maison intelligente. Ce qu’on appelle aujourd’hui la SmartHome.

3- A qui s’adresse la domotique ?

La domotique peut s’adresser à tout le monde : ceux qui cherchent du confort, ceux qui veulent faire des économies d’énergie, ceux qui cherchent de la sécurité. Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions, pour tous les budgets, et pour tous les besoins.

4- Est-ce simple ou compliqué d’installer de la domotique chez moi ?

La domotique a encore cette étiquette de cher et compliqué. Pourtant elle s’est beaucoup simplifiée, notamment grâce à la sortie des boxs domotiques et des smartphones. Les boxs domotiques ont rendu l’installation plus simple, ne nécessitant plus de maintenance, comme c’était le cas avec un logiciel installé sur ordinateur quand j’ai commencé. En plus, elles ne consomment quasiment rien en énergie. Les smartphones, eux, grâce à leur interface tactile, ont rendu beaucoup plus intuitive l’utilisation du système domotique. Donc aujourd’hui, je dirai qu’installer un système domotique est à la portée de la plupart des gens, oui.

5- Est-ce plutôt réservé aux personnes ayant une maison ou bien également un appartement ?

Maison ou appartement, les besoins sont sensiblement les mêmes : gestion du chauffage, de l’éclairage, des volets, de la lumière, de la sécurité. Une maison ouvrira simplement d’autres possibilités, notamment pour le jardin, si on souhaite gérer le portail, l’éclairage extérieur, l’arrosage automatique…

6- Quels sont les aspects les plus intéressants selon-toi de la domotique ?

Il y a à mon avis trois aspects intéressants en domotique, qui constituent d’ailleurs les trois parties de mon livre :

  • Les économies d’énergie, puisque la domotique permet d’optimiser sa consommation, que ce soit pour le chauffage ou les appareils gourmands
  • La sécurité, que ce soit des biens ou des personnes, en créant une simulation de présence en notre absence, pour dissuader les voleurs, mais également en alertant d’une fuite d’eau (qui pourra déclencher la coupure automatique du compteur d’eau), d’une qualité d’air néfaste, etc…
  • Le confort. Par confort, je n’entend pas le fait de devenir fainéant en ne se levant même plus du canapé pour éteindre la lumière. Je pense plutôt confort pour toutes les personnes dépendantes et les seniors. Pour un senior, ouvrir les volets peut devenir une vraie contrainte. L’ouverture automatique des volets devient donc pour lui un vrai confort. L’allumage automatique des lumières pour une personne vivant seule, en fauteuil roulant, peut également être d’une grande aide, quand il faut se lever la nuit, impliquant donc de devoir dans un premier temps se mettre dans son fauteuil avant d’atteindre le bouton de lumière.

7- Il existe différents mode de fonctionnement de la domotique : Filaire, sans fil ou encore du CPL que conseilles-tu ?

J’ai eu quelques déboires avec le CPL, notamment à la campagne, où les lignes électriques sont parfois perturbées, ce qui allumait parfois une lampe sans savoir pourquoi. L’arrivée des compteurs Linky, communicant également en CPL, a semble t il encore ajouté quelques soucis, pour ce que j’ai pu en lire. Pas sûr donc que le CPL soit une solution d’avenir.

Reste donc le filaire et le sans fil. Comme dans la plupart des domaines, le filaire est toujours préférable, car plus fiable. Toutefois les technologies radios et les protocoles ont énormément évolué ces dernières années, et sont devenues tout aussi fiables, avec plus de flexibilité à l’installation. Je pense notamment au Z-Wave, au EnOcean, ou à Edisio par exemple. Une installation filaire sera en effet à privilégier dans une nouvelle construction ou une grosse rénovation. Le sans fil pourra répondre sans problème à tous les autres cas.

8- Quels sont les critères importants, selon toi, pour choisir sa technologie sans fil ?

Le critère le plus important selon moi est d’opter pour un protocole ouvert. Ouvert, c’est à dire ne dépendant pas d’un unique fabricant. Il y a à cela deux avantages :

  • Le choix des périphériques disponibles sera plus important, répondant ainsi à tous les besoins possibles.
  • En cas de défaillance du fabricant, la solution continue de fonctionner, et même s’il ne sera plus possible de trouver exactement le même interrupteur, par exemple, il sera toujours possible de trouver un autre interrupteur compatible avec notre système.

A contrario, avec un protocole fermé, on est entièrement dépendant du fabricant, de ses bons vouloirs, et de sa bonne santé économique.

9- Quel budget faut-il compter en moyenne, pour installer de la domotique chez moi ?

Je donne un exemple typique au début de mon livre, où pour une maison standard, en équipant la maison pour faire des économies d’énergie, gagner en confort, et gagner en sécurité, on tournait aux alentours de 2000€. C’est une somme pour certains, certes, mais on est loin des 30 000€ annoncés dans certaines émissions TV, et on a là déjà une installation très complète.

10- Avec par exemple, 200 euros de budget, qu’est-ce que je peux faire chez moi ?

200€, c’est un budget limité. On se concentrera donc sur un usage en particulier. Par exemple la gestion du chauffage, en installant un thermostat connecté, ce qui permettra d’apporter confort tout en optimisant son budget. Ou la gestion de l’éclairage, avec par exemple un pack Philips Hue, qui permettra d’apporter des ambiances lumineuses, sympa, mais également réaliser une simulation de présence quand on part de chez soi.

11- Avec cette fois-ci, 2000 euros de budget, que puis-je espérer faire chez moi ?

Comme je le disais tout à l’heure, avec 2000€ on peut déjà avoir une très belle installation domotique. Si je reprend le détail dans mon « Le guide de la maison et des objets connectés« , pour une maison à étage faisant environ 120 m² si on prend par exemple 4 fenêtres et on veut automatiser les volets de celles-ci, il faudra compter environ 200 euros, piloter le chauffage avec un thermostat connecté, il faudra également débourser 200 euros, pour piloter l’éclairage avec une dizaine d’interrupteurs, comptez 500 euros de budget, pour suivre la consommation d’énergie des appareils les plus gourmands, environ 5 appareils, cela représente 250 euros et pour la sécurité, en comptant des capteurs d’ouverture de fenêtre, par exemple pour 4 fenêtres et 7 détecteurs d’ouverture pour les portes, fenêtres, portes de garage etc, environ 350 euros. Donc tout cela, ainsi qu’une box domotique représentant en moyenne 300 euros, voila un budget de 2000 euros qui nous permet de gérer les économies d’énergie, la sécurité et le confort. On est loin du budget estimé dans les reportages TV qui ont leur propre définition de la domotique, avec des coûts moyens de 30 000 euros ou plus.

12- Quels sont les éléments nécessaires pour pouvoir contrôler mon logement depuis mon smartphone ?

Au minimum, il faudra disposer d’un réseau wifi. On peut avoir des appareils connectés en wifi (prise connectée, thermostat connecté, etc..), et le smartphone qui se connecte au même réseau wifi, permettant ainsi de les piloter.

Dans une installation plus complète, on aura souvent des périphériques qui communiquent dans leur protocole avec une box domotique, qui devient le cœur du système. Cette box est connectée au réseau Wifi de la maison (ou ethernet), et le smartphone permet de la piloter.

13- Est-il obligatoire d’avoir une connexion internet pour contrôler mon logement à distance ?

C’est plus simple, oui. Mais ca ne passe pas obligatoirement par une box ADSL. On peut par exemple avoir une connexion GSM. Certains routeurs permettent aujourd’hui d’y insérer une carte Sim, et partagent la connexion GSM sur le réseau Wifi qu’ils créent dans la maison. Ca peut suffire notamment pour une résidence secondaire, pour laquelle on ne souhaite pas spécialement payer un abonnement ADSL toute l’année.

Dans le futur, nous aurons peut être d’autres moyens de contrôle, via du Sigfox ou du Lora par exemple.

14- Que peut-on faire sans connexion internet, par GSM ?

La même chose qu’avec une ligne ADSL. Après tout dépendra des débits et du forfait, il sera peut être compliqué de visionner ses caméras de surveillance à distance. Mais pour le contrôle de la maison, ce sera bien suffisant. Attention toutefois si on utilise surtout des objets connectés, ceux-ci ont tendance à beaucoup dialoguer sur internet, et donc à consommer de la bande passante. Alors qu’un « vrai » système domotique sera généralement autonome, et ne communiquera avec l’extérieur que quand vous le sollicitez.

15- Peux-t-on faire des économies d’énergie avec la domotique et si oui, comment ?

Oui, on peut en effet faire des économies d’énergie grâce à la domotique, et notamment en optimisant son chauffage. J’ai d’ailleurs écris un ebook dédié à ce sujet, disponible sur le blog ou sur Kindle Amazon.

Après le guide de la maison et des objets connectés dans lequel Cédric nous donne sa définition de la domotique et ses meilleurs conseils, voici un nouveau guide spécifiquement sur l’optimisation du chauffage. 

Le chauffage est le poste de dépense le plus important en cout énergétique dans une maison. Beaucoup de foyers ne disposent pas d’un thermostat pour optimiser l’utilisation du chauffage, et quand ils en ont, ils sont souvent peu pratiques à utiliser, si bien qu’ils ne sont jamais mis à jour, alors que le mode de vie des occupants évolue continuellement. Nous avons aujourd’hui des thermostats connectés, et surtout intelligents, qui peuvent passer le chauffage en mode éco quand vous partez, quand vous ouvrez une fenêtre, etc. Le but n’est pas de baisser la température à 17°C et d’avoir froid, mais bien d’utiliser le chauffage uniquement quand il y en a besoin, en fonction de la présence des gens, de la météo, de la latence de la maison, etc. On peut également optimiser l’utilisation des machines gourmandes pendant les heures creuses, gérer l’ouverture et la fermeture des volets pour laisser entrer la chaleur au maximum l’hiver ou au contraire conserver le frais l’été, autant de choses qui permettent d’économiser de l’énergie.

16- La domotique est-elle adaptée aux personnes à mobilité réduite ?

Un très bon ami à moi, Max, qui rédige également sur le blog, vous répondrait sans aucun doute que oui. Max est en fauteuil roulant depuis l’adolescence, et vit aujourd’hui seul. Au cours de nos discussion j’ai pu voir à quel point des choses simples pour la plupart d’entre nous pouvaient être très compliquées pour ces personnes, comme ouvrir une porte, ouvrir les volets, ou allumer la lumière en pleine nuit. Depuis notre rencontre Max s’équipe peu à peu, et cela semble vraiment lui simplifier la vie tous les jours.

La domotique a pour moi un réel intérêt pour ces personnes à mobilité réduite, âgées ou non. Si on reprend le budget cité plus haut, pour une personne âgée, c’est l’équivalent d’un mois de « loyer » dans une maison de retraite adaptée. L’investissement est donc très vite amorti, et la possibilité pour la personne de rester chez elle n’a pas de prix.

17- Peut-on avoir un système de sécurité adapté grâce à la domotique ?

Pour ma part, je préfère dissocier les deux, avoir d’un côté un système domotique, et d’un autre côté un système de sécurité, plus abouti pour ce domaine. On peut bien sûr se constituer un système de sécurité avec la domotique, mais un scénario mal pensé, et il sera trop tard pour se dire qu’on avait pas anticipé telle possibilité. La sécurité est quelque chose de plus complexe qu’on ne le pense. En revanche, il est intéressant d’avoir deux systèmes capables de communiquer. Par exemple, la plupart des systèmes de sécurité sont incapables de gérer une simulation de présence, qui est pourtant une technique très dissuasive. Si les deux systèmes communiquent, on peut faire en sorte que le système domotique allume aléatoirement certaines lumières, voir même diffuse de la musique, quand le système d’alarme est activé. On peut également faire en sorte de fermer tous les volets, les appareils inutiles, les lampes, et passer le chauffage en mode éco quand on active l’alarme. A l’utilisation c’est réellement très confortable, puisqu’en appuyant juste une fois sur la télécommande de son alarme, la maison prend les dispositions nécessaires pour améliorer la sécurité et optimiser les dépenses en énergie.

18- Existe-t-il des risques d’avoir une installation de sécurité avec des dispositifs intelligents ?

Les risques sont bien sûr le piratage, certains appareils connectés n’étant vraiment pas très sécurisés. Bien sûr le risque est encore faible : autant des hackers pourront s’attaquer à une société pour lui voler des données, autant il y a encore peu de risques qu’un hacker s’attaque à un particulier pour cette même raison. A moins qu’il sache expressément qu’il y a des biens de grande valeur à voler. Mais dans ce cas, en général, les propriétaires ont mis en place un système de sécurité sophistiqué, et non quelques objets connectés qu’on trouve en grande surface. Encore une fois, il y a des solutions adaptées à tous les budgets et tous les besoins, il faut juste bien les définir dès le début.

19- Avec la domotique, différents dispositifs peuvent parler entre eux via des scénarios. Peux-tu nous décrire l’utilité de ceux-ci ?

Les scénarios occupent une place importante dans ma définition de la domotique puisque c’est ce qui donne un semblant d’intelligence au système. En fonction d’une programmation horaire, ou de données captées, les scénarios peuvent déclencher des actions.

Par exemple, si dans mon calendrier Google il est indiqué qu’aujourd’hui je suis en congés, mon système domotique ouvrira les volets plus tard.

Si le département est en alerte orange pour orages, les volets se fermeront et les appareils les plus sensibles (TV, ordinateur) seront coupés automatiquement.

On peut faire réellement de nombreuses choses grâce aux scénarios.

20- Si tu devais choisir un dispositif domotique parmi tous ceux qui existent, quel serait-il et pourquoi ?

Question difficile car un dispositif domotique seul ne fait pas grand chose. Ce sont les interactions entre tous les dispositifs qui rend vraiment le système intéressant. Si l’on transforme la question en partant plutôt sur une fonctionnalité, aujourd’hui je dirais la fonction qui m’ouvre les volets tous les jours car cela apporte du confort dans mon quotidien, des économies d’énergie pour laisser entrer le soleil et de la sécurité pour simuler une présence lors de mon absence.

21- Que pouvons-nous retrouver dans ton livre « Le guide de la maison et des objets connectés » ?

Avec mon livre, j’ai tenté de m’adresser au grand public, dans des termes simples, et des cas concrets, afin de donner ma propre définition de la domotique, ce qu’elle permet de faire, et comment la mettre en place. Comme je l’ai dit plus haut, les trois domaines qui me semblent pertinents en domotique sont les économies d’énergie, la sécurité, et le confort. Après avoir expliqué en introduction quelques notions à connaître et ma propre définition de la domotique, mon livre est ensuite découpé en trois parties correspondantes. Chaque partie est ensuite découpée en deux, pour aborder les objets connectés, puis la domotique en tant que telle. Car il existe des solutions à tous les besoins. Certains ne voudront qu’optimiser leur chauffage, et pourront se contenter d’un thermostat connecté. D’autres voudront aller plus loin, et auront donc besoin d’un système domotique plus élaboré. Le livre tente donc de survoler les différentes solutions existantes, afin d’aiguiller le lecteur sur ce qui lui conviendrait le mieux. Ce livre est également l’occasion pour le lecteur de découvrir ce qu’il existe, car souvent les gens n’ont même pas idée de ce qu’il est déjà possible de faire aujourd’hui.

Définition de la domotique et conseils de Cédric dans "Le guide de la maison et des objets connectés"

Livre « Le guide de la maison et des objets connectés » comprenant la définition de la domotique par Cédric Locqueneux avec ses meilleurs conseils.

22- Quelle est selon-toi, ta définition de la domotique de demain ?

Il existe déjà énormément de choses aujourd’hui, qui permettent de faire tout ce qu’on souhaite. Ma définition de la domotique de demain sera d’avoir une réelle intelligence dans la maison, à la façon de Jarvis dans Iron Man. La maison pourra alors prendre ses propres décisions, en accord bien sûr avec les propriétaires.

23- Pour conclure cet épisode, peux-tu nous décrire ton installation domotique ?

J’ai beaucoup d’équipements et ce serait compliqué de tout décrire. Aujourd’hui, le coeur du système est Jeedom, qui m’évite des développements particuliers contrairement aux précédentes boxs que je disposais, ses capacités natives me permettent déjà de faire tout ce que j’avais besoin, ses scénarios peuvent être assez complexes, ses plugins permettent de faire beaucoup de chose. En dispositifs j’utilise majoritairement du Z-Wave, j’ai construit mon système sur ce protocole sur les 10 dernières années, j’ai un peu de dispositifs Edisio que j’apprécie notamment pour les interrupteurs et la portée très grande, par exemple pour la gestion du jardin, l’atelier, je suis passé par de l’Edisio, ensuite j’ai des caméras et commence à en avoir des intelligentes comme la Welcome de Netatmo permettant de reconnaître les visages. Intégré à un système domotique, cela peut déclencher des scénarios personnalisés. On ne lance plus un scénario en fonction d’un mouvement mais en fonction d’une reconnaissance de personne présente. J’apprécie beaucoup la fonction Ask de Jeedom qui permet au système de poser des questions aux utilisateurs, par exemple, si aucun détecteur de mouvement ne détecte des mouvements dans la maison, le système peut m’envoyer un message sur mon smartphone en me demandant si il doit activer l’alarme puisque plus personne n’est présent dans ma maison. De même, si je pars en weekend, il fait très froid, le système peut m’envoyer un message si je veux activer le chauffage pour que la température descende trop.

Un grand merci à Cédric Locqueneux de nous avoir donné sa définition de la domotique avec des informations pertinentes. Si vous désirez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter les prochains épisodes de « Smarthome Academy » ainsi qu’à consulter nos différents guides et articles sur notre blog ainsi que celui de Cédric: Maison et domotique

Partagez cet article !

A propos de l'auteur

Titulaire d'un BTS domotique ainsi que d'une Licence professionnelle en web marketing et communication, mon objectif est de vous partager mon expérience au sujet du logement connecté et ainsi, vous accompagner au mieux dans vos recherches.

Commencer une discussion community.domadoo.com

Commentaires Archivés

8 commentaires

  1. Bien, bien votre initiative SMARTHome Academy !
    Permettez néanmoins quelques remarques:
    La musique de fond est trop présente et très énervante; musique répétitive.
    La prise de son est médiocre; parfaite pour le questionneur et mauvaise pour l’interviewé qui doit en outre faire un sérieux effort de diction.
    La domotique est un sujet exigent n’est-ce pas ?
    J’attends avec impatience le prochain épisode.
    Et encore bravo !

    • Bonjour,

      Merci pour votre retour. Je ferais en sorte d’améliorer la qualité de ces podcasts au fur et à mesure.

      À bientôt pour un nouvel épisode.

      Cordialement.

    • Merci pour votre retour !

      En effet, il faut que j’ajuste le fond sonore, voir le supprimer si ces podcasts sont plus agréables à écouter sans musique. Affaire à suivre !

    • Bonjour,

      Vous pouvez retrouver les deux premiers épisodes en recherchant « Smarthome Academy ».

      Cordialement.

Laisser une réponse